Tarn-et-Garonne : cueillette du respounchou, plante sauvage emblématique du sud-ouest... c'est le moment !

Le respounchou ou raiponce ou encore reponchon est le nom familier donné à une plante assez similaire à l'asperge, le tamier. Le temps de sa cueillette, au début du printemps, est fugace et nombreux sont les adeptes qui partent à sa recherche pour le déguster en salade ou en omelette.

Le respounchou est une liane dont on consomme l'extrémité en forme de fine asperge.
Le respounchou est une liane dont on consomme l'extrémité en forme de fine asperge. © Paul-Etienne Zahn/FTV

Le respounchou, nommé aussi raiponce ou reponchon, est le nom familier donné à une plante assez similaire à une petite asperge sauvage, le tamier. Il est consommé comme un légume et sa cueillette a lieu au début du printemps dans le Sud-Ouest, principalement en Aveyron, dans le Tarn, le Lot ou le Tarn-et-Garonne. 

Cette plante sauvage savoureuse se trouve dans les fossés, les "bartas" ou des endroits un peu humides.
Cette plante sauvage savoureuse se trouve dans les fossés, les "bartas" ou des endroits un peu humides. © Paul-Etienne Zahn/FTV

Le respounchou est une plante grimpante, à laquelle est attaché l'écrivain Michel Poux qui la nomme l'"âme des chemins creux" ou encore l'"aristocrate des bartas".

Il pousse en effet dans les fossés, les talus, les éboulis, les broussailles au début du printemps et peut atteindre 2 à 3 mètres de haut. Ses fruits sont de la taille d’une myrtille, d’un centimètre de diamètre et de couleur rouge vif. Mais ce sont ses jeunes pousses, des lianes tendres, qui sont consommées.

En vidéo, Yves Delpech, un cueilleur du Tarn-et-Garonne explique comment trouver le respounchou au micro de Paul-Etienne Zahn et Laurence Boffet : https://www.youtube.com/watch?v=cDW7utuwHj0

Emblème de la culture minière

Ce végétal est apprécié depuis belle lurette. Il apparaît dans les références culinaires de Pline durant l'Antiquité. Les Romains l'intégraient a priori à des mets gastronomiques élaborés. Il est aussi qualifié d'asperge des pauvres.

Si on le trouve dans différents départements du nord de l'Occitanie et, notamment à Monteils lors de notre reportage, Michel Poux explique que la consommation du respounchou s'est surtout développée dans les bassins miniers de Decazeville et Carmaux au XIXème siècle. "Il va avoir une place déterminante dans la culture minière puisque c'est une plante pour mineurs, une plante de printemps très dépurative donc très utile pour les organismes". 

 

 

"C'était une plante gratuite aussi et dans la mémoire des bassins, on dit encore que le respounchou a permis de gagner des grèves pour la simple et bonne raison que, si on était en grève au mois d'avril, même si les paies n'arrivaient pas, on avait toujours de quoi manger. Il est donc emblématique de la culture minière".

Consommées en salades, les pousses peuvent aussi être ébouillantées afin d’atténuer l’amertume, et une certaine toxicité lors d'une consommation excessive, cuisinées en omelette ou avec des pommes de terre par exemple.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature