Cumul des mandats : Jean-Michel Baylet troisième du palmarès de L'Express

Jean-Michel Baylet / © MaxPPP
Jean-Michel Baylet / © MaxPPP

Le président PRG du Conseil général du Tarn-et-Garonne est épinglé dans le classement des "cumulards" établi par nos confrères de L'Express, en figurant sur le podium en 3ème position. Martin Malvy, président PS de la Région Midi-Pyrénées est 15ème mais conteste ce classement.

Par Fabrice Valery

L'Express publie ce mardi le palmarès des élus qui cumulent le plus de mandats. L'hebdomadaire s'est intéressé aux 1573 élus les plus importants de la République (ministres, parlementaires, président de collectivités locales, etc...). 

C'est le sénateur-maire PS de Dunkerque, Michel Delebarre, qui arrive en tête de ce classement. Jean-Michel Baylet, président du PRG, sénateur et président du Conseil Général du Tarn-et-Garonne, est troisième.

Michel Delebarre cumule 26 mandats et fonctions selon L'Express, qui lui attribue 70 à l'indice de cumul selon la règle de calcul de nos confrères. Jean-Michel Baylet, lui, cumule 10 mandats et fonctions et un indice à 48. 

Jean-Michel Baylet a toujours pesté contre le projet de loi du gouvernement contre le cumul des mandats, qui prévoit qu'un mandat de parlementaire ne sera pas cumulable avec celui de président d'un exécutif local. 

Dans ce classement, on trouve aussi Martin Malvy, président PS de la Région Midi-Pyrénées. Avec 12 mandats et fonctions et un indice de 39, il arrive en 15ème position. Pierre Cohen, maire PS de Toulouse, est 25ème. 

Mais Martin Malvy conteste ce classement dans un communiqué : " J’ai vu avec amusement – et un peu d’indignation – le classement que vous avez publié sur les « le palmarès des cumulards de la République ». Comment confondre mandats indemnisés et fonctions non rémunérées, le mélange est étrange. Élu président de Région, en 1998, j'ai 15 jours plus tard démissionné de mon mandat de député, ce que rien ne m' obligeait à faire. Là était le cumul. Et de ces cumuls l'étude de l’Express les tient pour mineures. Or, c'est là qu'est le débat.
Par contre, outre les erreurs, elle additionne sans distinction des fonctions d'adjoint d'une commune de 10 000 habitants ou de président d'une Communauté de Communes rurales - en lui attribuant étrangement davantage de points qu'à la Communauté urbaine de Marseille  - et des fonctions purement bénévoles: présidence d'un conseil de surveillance d'un hôpital, Comité de Bassin, syndicat mixte d'un SCOT, association de villes d'art ou des petites villes..."


A lire également le post de Patrick Noviello sur le blog Midi-Pyrénées Politique

Sur le même sujet

Les + Lus