• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montauban : Qualium négocie le rachat du biscuitier Poult

La biscuiterie Poult fabrique des tartelettes, palmiers, barquettes, gaufrettes et autres cookies destinés aux distributeurs. / © Groupe Poult
La biscuiterie Poult fabrique des tartelettes, palmiers, barquettes, gaufrettes et autres cookies destinés aux distributeurs. / © Groupe Poult

Le fonds Qualium Investissement, filiale de la Caisse des dépôts et consignations, est en négociations pour le rachat du groupe Poult, premier fabricant français de biscuits à marques de distributeurs. Fondée en 1883 à Montauban, la biscuiterie compte 750 salariés dont 400 dans la cité d'Ingres. 

Par Marie Martin

Le groupe Poult va donc changer de giron...
Le fonds Qualium Investissement, filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) vient de confirmer être en négociations avec le fonds LBO France, l'actuel propriétaire de la biscuiterie montalbanaise.
Pour près de 170 millions d'euros, Qualium, qui possède notamment la chaîne de restauration rapide Quick et le groupe de restauration traditionnelle Frères Blanc, va donc s'offrir Poult, le premier fabricant de biscuits de marques de distributeurs, qui travaille avec des enseignes comme Carrefour ou le britannique Tesco.
Les négociations exclusives ont débuté mercredi et dureront deux mois, selon Jean Eichenlaub, président de Qualium Investissement, qui était auparavant en concurrence avec le groupe Bouvard, autre fabricant hexagonal de biscuits. Qualium investit chaque année dans deux ou trois entreprises. Avec ses 185 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2013, Poult en effet a dû sembler attirant au fonds d'investissement. 
Poult, c'est d'abord une histoire familiale. Créée en 1883 à Montauban par Emile Poult, la biscuiterie a rapidement grandi, au gré des fusions et rachats. Le groupe Poult compte aujourd'hui cinq usines, 750 salariés dont 400 à Montauban. 
Près de 330 millions de paquets de biscuits - tartelettes, palmiers, barquettes et autres cookies - sont produits et commercialisés chaque année.
Une nouvelle ligne de fabrication est en projet. Pour un investissement de huit millions d'euros. 

Sur le même sujet

Hérault : après le tirage, le Fort Brescou d'Agde se retrouve au grattage pour le loto du patrimoine

Les + Lus