Chasse à la glu. Des oiseaux retrouvés morts et agonisants dans leur cage chez un braconnier

Des oiseaux d'espèces protégées ont été retrouvés sans vie, en cage, et d'autres à l'agonie, chez un braconnier du Tarn-et-Garonne. L'homme, qui avait recours à des techniques de chasses illégales, sera jugé jeudi 26 octobre 2023, au tribunal judiciaire de Montauban.

Des mésanges bleues et charbonnières, des fauvettes à tête noires et des chardonnerets élégants ont été découverts, il y a quelques mois, au domicile d'un homme dans le Tarn-et-Garonne. Ces oiseaux rares, espèces protégées, sont morts "dans leurs cages, laissées des heures à l'agonie", selon Justine Gierak, juriste et membre de One Voice.

L'association de défense des droits des animaux se porte partie civile, dans le procès de ce braconnier, qui a lieu jeudi 26 octobre 2023, au tribunal judiciaire de Montauban. À la suite d'une enquête de l'Office français de la biodiversité, la trentaine d'oiseau a été retrouvée, et seulement sept d'entre eux étaient vivants. 

Une pratique de chasse illégale 

Le braconnier utilisait des techniques de chasse dites "traditionnelles", qui ont longtemps été autorisées en France. La chasse à la glu, notamment, qui consiste à mettre de la colle sur une branche et piéger un oiseau qui, par son cri, va en attirer d'autres, incapables de se dépêtrer. Suite à une décision de l'Union européenne, c'est en mai 2021 que le Conseil d'Etat a définitivement rendu illégale cette pratique. 

"On espère une condamnation exemplaire, souligne Justine Gierak, pour que ce genre d'acte ne se reproduise plus. Une peine d'emprisonnement et des dommages et intérêts pour réparer ce qui a été fait aux oiseaux." 

Ce sera au tribunal judiciaire de Montauban de juger de la gravité de ces faits rapportés par l'association de défense des oiseaux.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité