Coronavirus : le masque est désormais obligatoire pour aller faire son marché à Moissac

Les préfets peuvent désormais rendre obligatoire le port du masque à l'extérieur. La préfecture d'Occitanie n'a pour le moment pris aucune décision. Face au regain de l'épidémie de Covid-19, ce sont les communes qui prennent l'initiative comme par exemple à Moissac (Tarn-et-Garonne). 

A Moissac (Tarn-et-Garonne), le port du masque est déjà obligatoire.
A Moissac (Tarn-et-Garonne), le port du masque est déjà obligatoire. © Manon Bazerque- FTV
En ce dimanche matin, un agent de la police municipale de Moissac arpente tranquillement les allées du marché. Soudain, il accélère son pas en direction d’un homme en train de fumer une cigarette. Il rappelle immédiatement l’individu à l’ordre : "Pour fumer vous allez à l’extérieur. Par contre, ici, on ne baisse pas le masque. Le but c’est de le garder en place dans le périmètre du marché".
"
Car depuis ce samedi 1er juillet, le masque est obligatoire sur le marché de plein vent de la petite ville du Tarn-et-Garonne. "Cette semaine est celle de la prévention, explique le maire de la commune frachement élu, Romain Lopez (Rassemblement National). La police municipale fait de la pédagogie mais nous distribuons aussi gratuitement des masques pour ceux qui n’en ont pas. Une médiatrice en profite pour expliquer pourquoi nous avons mis en place cet arrêté". Le fumeur s’en tire sans encombre cette fois-ci.  

Peur d'une deuxième vague

A bien observer, peu nombreux sont ceux qui ne portent pas le masque pour réaliser leurs emplettes au marché, ce dimanche matin. "Ça y est, les gens comprennent l’intérêt de porter le masque. Les informations en provenance des autres régions mais aussi la peur d’un deuxième confinement jouent en notre faveur", constate l’une des médiatrices de la municipalité, Stéphanie Louchard.

La grande majorité des personnes présente s’estime satisfaite de cette mesure prise par le maire. "Il a eu raison, il faut être vigilant et prudent. Dans l’éventualité d’une deuxième vague, on ne sait jamais" pense une vendeuse de fruits et légumes.

Des clients et des marchands unanimes

Pour de nombreux clients cette démarche "est nécessaire". "C’est comme ça que l’on pourra vaincre le virus", estime une passante. Une autre ne comprend pas que ce dispositif n’ait pas été appliqué plus tôt : "Cela aurait dû être obligatoire. Je travaille dans le milieu médical. Nous sommes sur le front et nous n’en serions pas là si cela avait été appliqué bien avant."
  Des marchands vont même plus loin. Plusieurs d’entre-eux ont filmé leurs étals de plastiques, d’autres ont posé des barrières tout autour de leurs stands : "c’est une façon de protéger nos clients et nous en même temps, explique un maraîcher. Je pense que cela devrait être comme ça sur tous les marchés de façon à ce que les clients ne touchent pas les produits avec leurs mains".

Un relent de campagne municipale

La semaine prochaine, les personnes qui n’auront pas de masques seront verbalisées. "Nous sommes une ville avec beaucoup de personnes âgées donc vulnérables et nous avons beaucoup de passage. Il y a beaucoup de saisonniers l’été et également beaucoup de touristes ici", complète le maire nouvellement élu.

Un point de vue partagé par cette Moissagaise. Elle n’hésite, d’ailleurs pas  à évoquer un thème développé par Romain Lopez durant sa campagne municipale pour appuyer son choix : celui de l’insécurité et la présence de saisonniers étrangers.
  
"Je trouve cela sécurisant car en août il y a beaucoup de nouveaux arrivants, notamment des habitants des pays de l’est qui ont d’autres habitudes de vie que les nôtres. Sinon je n’irais plus à ce marché. J’irais à Lectoure où, sur le marché, il y a plus de gens qui portent le masque de façon instinctive."
 
Le Tarn-et-Garonne est pourtant l'un des départements le moins touché d'Occitanie. 6 personnes y sont décédés du coronavirus durant l'épidémie contre 123 dans l'Hérault.
Moissac est la première ville de l’ancienne région Midi-Pyrénées à prendre un arrêté municipal visant un marché de plein vent. A Rocamadour, dans le Lot, le masque est obligatoire depuis samedi 1er août, en extérieur comme en intérieur dans la zone la plus peuplée du village.

En Languedoc-Roussillon plusieurs communes, comme Argelès-sur-Mer, Canet-en-Roussillon et Béziers ont décidé rapidement de rendre le port du masque obligatoire en plein air sur des marchés mais aussi dans les rues du centre-ville. Il reste toujours indispensable dans les lieux publics clos à travers toute la France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société