• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La maire de Montauban Brigitte Barèges présentée à deux juges d'instruction en vue de sa mise en examen

Brigitte Barèges, maire Les Républicains de Montauban / © Eric Cabanis / AFP
Brigitte Barèges, maire Les Républicains de Montauban / © Eric Cabanis / AFP

La maire de Montauban, entendue dans le cadre d'une enquête préliminaire notamment pour "détournements de fonds publics", concernant une suspicion d'emploi fictif à la mairie, a été présentée à deux juges d'instruction de Toulouse. Le parquet a requis sa mise en examen.

Par FV avec AFP

Brigitte Barèges a été présentée à un juge d'instruction ce mercredi après-midi, au terme de sa deuxième journée de garde à vue consécutive, à l'hôtel de police de Toulouse. Les trois autres personnes en garde à vue ont également été déférées. Leurs mises en examen devraient intervenir dans la soirée. 

Le parquet de Toulouse, dans un communiqué, a indiqué avoir requis la mise en examen de Brigitte Barèges pour "détournements de fonds publics par personne dépositaire de l'autorité publique" et demandé son placement sous contrôle judiciaire moyennant une caution de 135.000 euros. 


Le cabinet de la mairie de Montauban avait confirmé mercredi matin que l'élue avait pu passer la nuit à son domicile avant d'être de nouveau placée en garde à vue mercredi.

La maire (Les Républicains) de Montauban a été placée en garde à vue une première fois mardi matin à 9 heures. Ce mercredi, elle patientait dans le hall de l'hôtel de police à 8 heures en compagnie de son avocat Maître Laurent Decaunes.

L'élue est entendue dans le cadre d'une enquête sur un éventuel détournements de fonds publics, concernant "un emploi possiblement fictif", selon le parquet. Les investigations portent sur un emploi attribué à un employé du service communication à la mairie, Jean-Paul Fourment, qui a lui-même assuré avoir été payé par la collectivité pour écrire des articles favorables à Mme Barèges dans un quotidien local proche de la mairie, Le Petit Journal.

Maire depuis quatorze ans du chef-lieu du Tarn-et-Garonne, l'élue de 62 ans est entendue dans le cadre d'une enquête préliminaire confiée à la police judiciaire de Toulouse.

Le procureur de la République à Toulouse, Pierre-Yves Couilleau, a précisé dans un communiqué que les faits concernaient "le financement par la municipalité de Montauban d'un emploi possiblement fictif d'un chargé de communication à la mairie".

Brigitte Barèges a été placée en garde à vue en même temps que trois collaborateurs : son ancien chargé de communication et ex-directeur de campagne pour les municipales de 2014, M. Fourment, son ancien directeur de cabinet, Stéphane Bensmaine, et le directeur du Petit Journal, Alain Paga. Ils sont poursuivis pour "détournements de fonds publics, complicité et recel de ce délit, faux et usage", selon le parquet. Des confrontations entre ces 4 personnes doivent avoir lieu ce mercredi.

Brigitte Barèges, qui récuse toute malversation, avait déjà été entendue dans ce dossier en mars 2014, de son plein gré. Elle avait à l'époque mis en cause "l'absurdité des dénonciations malveillantes - et politiciennes" formulées contre elle "comme par hasard à la veille des élections municipales".

L'enquête avait été ouverte début 2014 après la transmission à la justice d'un volumineux dossier établi par M. Fourment, qui avait été évincé de son poste à la mairie peu de temps avant, après avoir fait l'objet d'une procédure disciplinaire.

Sur le même sujet

Feu de garrigue le long de l'autoroute A9

Les + Lus