• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La maire de Montauban bloque l'ouverture d'un centre pour SDF, le préfet saisit le tribunal

© R.Gabalda/AFP
© R.Gabalda/AFP

Brigitte Barèges empêche l'ouverture d'un centre de jour pour des sans-abri. La maire refuse de faire passer la commission sécurité. Le préfet a saisi le tribunal administratif.

Par Juliette Meurin

Avec la canicule, les Sans Domicile Fixe dans le secteur de Montauban pourraient trouver refuge dans un centre de jour géré par plusieurs associations.
Mais l'ouverture de ce lieu est bloqué par la maire de Montauban.
Selon nos confrères du journal le Monde, Brigitte Barèges s'oppose à la visite de sécurité des pompiers.

Le préfet du Tarn-et-Garonne a décidé de saisir le tribunal administratif en référé. Il va également procéder à la réquisition du bâtiment.
Dans un communiqué, le préfet explique que l'opposition du maire à "l'ouverture de ce nouvel accueil du jour pour les personnes à la rue manque de base légale."
Il précise que le plan canicule de niveau 3 a été déclaré dans le département et que pour "sauvegarder des personnes déjà fortement fragilisées (...) il va réquisitionner le local en question "pour accueillir dès demain matin (jeudi) des personnes en situation de précarité et sans domicile et ce, jusqu’au 15 septembre, date de fin du dispositif de suivi de la canicule."

Le représentant de l'Etat s'appuie sur l’article L. 2215-1 (4°) du code général des collectivités territoriales, qui "autorise le préfet à requérir les associations dont l’activité présente une importance particulière pour la satisfaction des besoins essentiels de la population sans domicile en situation de détresse sociale, dans le respect de l’inconditionnalité de l’accueil dans des circonstances exceptionnelles telles que la canicule."

La maire de Montauban dénonce dans un communiqué "une mauvaise polémique à des fins politiciennes". Elle affirme qu'elle n'a pas attendu "les injonctions du préfet pour mettre en place le plan canicule". Et rappelle que depuis lundi, le pôle social de la ville répertoriant les personnes dites fragiles a déployé un plan d'actions.
Concernant les places d'hébergement d'urgence, la mairie indique que 120 places sont disponibles et qu'une maison relais pour l'accueil des plus démunis a été mise en place.
Enfin, elle affirme que "profitant de cette urgence climatique, une association baptisée "Montauriol" qui regroupe plusieurs associations droits de l’hommistes tente de forcer la main du Préfet et de la commune pour obtenir l'ouverture d'un accueil de jour supplémentaire sur la ville de Montauban."

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : la colère des résidents du centre social Bonnard après une descente de police musclée

Les + Lus