Présidentielle. Que vient donc faire Eric Zemmour en déplacement dans le Tarn-et-Garonne

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt .

Le candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle Eric Zemmour se rend dans le Tarn-et-Garonne les vendredi 11 et samedi 12 mars à Montauban et à Moissac. Un déplacement pour les 10 ans du premier attentat de Mohammed Merah, mais aussi pour, peut-être, obtenir le ralliement de l'élu RN, Romain Lopez.

Le programme détaillé du déplacement d'Eric Zemmour dans le Tarn-et-Garonne n'est pas encore connu. Mais il n'y a pas de doutes, le candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle sera bien présent les vendredi 11 et samedi 12 mars à Montauban et Moissac.

"C'est un moment important de la campagne surtout pour notre mouvement" explique Chantal Dounot-Sobraques, responsable Reconquête pour la région Occitanie dont le parti a fait de l'immigration, de la sécurité et des questions identitaires ses principaux thèmes de campagne.

Rencontre avec Brigitte Barèges ?

La date de la venue de l'ancien éditorialiste n'est pas anodine. Elle correspond, 10 ans jour pour jour, au premier attentat perpétré par Mohammed Merah, le meurtre à Toulouse (Haute-Garonne) d'Imad Ibn Ziaten, militaire de 30 ans, avant celui de deux parachutistes, Abel Chennouf et Mohamed Farah Chamse-Dine Legouade, tués à Montauban, quatre jours plus tard.

L'occasion pour Eric Zemmour d'aller à la rencontre de la maire de Montauban, Brigitte Barèges qui en octobre 2020 avait accueilli le controversé Robert Ménard ? Pour le moment, aucun élément en la possession de France 3 n'allait dans ce sens.

Concernant l'école Ozar Hatora, à Toulouse, "il n'y a pas de déplacement prévu pour le moment" répond Madame Dounot-Sobraques. L'information n'est pas étonnante. Les écrits polémiques d'Eric Zemmour, affirmant que Mohammed Merah et les enfants juifs qu'il a tués en 2012 à Toulouse (Haute-Garonne) "n'appartenaient pas à la France" car enterrés à l'étranger, lui ont fermé les portes des commémorations de la communauté juive toulousaine.

L'espoir du ralliement de Romain Lopez

Mais l'ancien éditorialiste du Figaro se rendra également, vendredi en fin d'après-midi à Moissac à la rencontre d'adhérents. Le lendemain matin, le candidat doit s'entretenir avec Romain Lopez, seul maire du Rassemblement National de l'ex région Midi-Pyrénées. Les prémisses d'un ralliement ? "Je l'espère et je le soupçonne, répond Dounot Soubraques. Le rendez-vous doit durer plus d'une heure, ce n'est pas juste pour prendre qu'un café. Cela serait logique. Romain Lopez est un proche de Marion Maréchal, qui vient de nous rejoindre. Le directeur de la communication de la mairie de Moissac a rejoint Reconquête il y a 6 mois. De plus, les idées de Romain Lopez sont les mêmes que celles d'Eric Zemmour."

Le maire de Moissac a apporté son parrainage à la présidente du Rassemblement National. Mais celui qui prône l'apaisement des débats entre "Marinistes" et "Zemmouristes" et des alliances locales en a payé le prix fort. En février, un meeting de Marine Le Pen dans le Tarn-et-Garonne prévu à Moissac a été annulé. Romain Lopez s'estimant "puni" pour sa liberté de parole.

"Il n'est pas question d'un quelconque ralliement", balaie d'un revers de la main Frédéric Cases. Pour le délégué départemental du RN dans le Tarn-et-Garonne, cette rencontre n'est qu'un "accueil républicain" dont a toujours su "faire preuve Romain Lopez depuis son élection à la mairie."

Contacté par France 3 Occitanie, le principal concerné n'avait toujours pas répondu à notre sollicitation lors de la publication de cet article. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité