Sirènes d'alerte à la population : tout ce qu'il faut savoir en cas de déclenchement d'une alerte

L'essai mensuel des sirènes d'alerte, prévu le premier mercredi du mois est reporté au 8 novembre en raison du jour férié ce mercredi. L'occasion de vous rappeler à quoi servent ces sirènes et ce qu’il faut faire si elles retentissent.

Les essais mensuels des sirènes d’alerte à la population sont reportés au 8 novembre en raison du jour férié. L'occasion de faire un point sur ce système et sur les consignes à suivre en cas de déclenchement.

Créé pendant la 2ème Guerre Mondiale

Chaque premier mercredi du mois, vous entendez les sirènes d'alerte sonner dans votre commune. Ce mercredi 1er novembre, elles ne résonneront pas : "En raison du jour férié, les essais mensuels ont été reportés au mercredi suivant, soit le 8 novembre", dévoile dans un communiqué la préfecture du Tarn-et-Garonne. Ce report est valable dans toute la Région Occitanie.

Ces essais, qui relèvent de l’État, des communes et des établissements industriels autres que les aménagements hydrauliques font partie de notre paysage sonore depuis la seconde Guerre Mondiale. À l’époque, le SAIP, système d'alerte et d'information aux populations, visait à prévenir des attaques aériennes.

Déclenchés par les autorités

Depuis, les sirènes ont été intégrées à un système plus large qui permet la diffusion d'un message des autorités lors d'un événement grave, une catastrophe naturelle ou industrielle ou encore un attentat terroriste. Elles ont notamment sonné à Toulouse lors de l'explosion de l'usine AZF le 21 septembre 2001.

Son déclenchement est de la compétence du maire, du préfet, voire du ministère de l’Intérieur. Les citoyens sont informés de l'événement par les sirènes mais aussi la diffusion de SMS via les opérateurs de téléphonie mobile et bien sûr les médias, la télévision et la radio.

À faire et ne pas faire

En cas de déclenchement d'une alerte, hors exercice, il est primordial de suivre des consignes :

  • Se confiner dans un local clos en colmatant soigneusement les ouvertures.
  • Arrêter ventilation, climatisation et chauffage.
  • Écouter la radio.
  • Des consignes spécifiques sont également applicables pour chaque risque. Un exemple : en cas de risque de rupture de barrage, il faut rejoindre un point haut de la commune.

Certains gestes sont à éviter absolument :

  • Rester dans son véhicule.
  • Aller chercher les enfants à l’école.
  • Encombrer les réseaux téléphoniques, essentiels pour les secours.
  • Ouvrir les fenêtres pour regarder ce qu'il se passe.
  • Quitter son abri sans feu vert des autorités.

Enfin, si les essais mensuels durent 1 minute et 41 secondes chaque 1er mercredi du mois, pour une vraie alerte, cette séquence sera renouvelée à trois reprises. La fin de l'alerte est reconnaissable par un son continu de 30 secondes. Pour plus d'informations consultez le site internet de votre préfecture.

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité