Tarn-et-Garonne : nouvelle mobilisation des personnels de santé contre la fermeture des urgences

Publié le

Nouvelle mobilisation des personnels soignants devant le centre hospitalier de Montauban (Tarn-et-Garonne). Depuis plusieurs mois, les centres hospitaliers font face à de grandes difficultés de recrutement de médecins urgentistes.

Nouvelle mobilisation des personnels de santé devant le centre hospitalier de Montauban (Haute-Garonne). Dès le 1er juillet, l’accès aux urgences des hôpitaux de Montauban et de Moissac ne sera plus libre. En cause, le manque de personnel.

Depuis plusieurs mois, la Fédération Départementale des Urgences Hospitalières du 82 fait face à de grandes difficultés de recrutement de médecins urgentistes.

"Les personnels soignants dénoncent le fait qu'il n'y a pas assez de médecins pour faire face aux urgences. Il manquerait 15 équivalents temps plein entre Montauban et Moissac", selon notre confrère sur place.

Organisée par la CGT, cette mobilisation du personnel inquiète aussi les patients soucieux de ne pas pouvoir se rendre aux urgences. Ainsi que pour les personnes âgées qui peuvent avoir du mal à décrire leurs symptômes et donc du mal à être dirigé dans les services.

"On est désemparés face à cette situation"

Depuis décembre 2021, les urgences de Moissac sont déjà fermées la nuit. Une décision prise par l’Agence Régionale de Santé pour faire face à la pénurie de médecins. Actuellement, 15 postes sur 38 sont vacants. 

Cette infirmière - qui souhaite garder l'anonymat - du service extra hospitalier de psychiatrie à Montauban explique : "Aujourd'hui en psychiatrie, nous n'avons plus de médecins pour fonctionner, on ne trouve plus non plus d'infirmiers. Les patients qui vivent à l'extérieur de Montauban vont pour certains devoir faire plusieurs dizaines de kilomètres pour être pris en charge. On va clairement vers un abandon de soins pour ces malades là. Il y a un déficit criant de soignants, on est désemparés face à cette situation."

Mise en place d'un nouveau dispositif

Depuis plusieurs semaines, des groupes de travail ont mis en place un dispositif qui a déjà été expérimenté ailleurs en France : le Service d’Accès aux Soins (SAS). 

Le SAS a pour objectif de recentrer l’activité des urgentistes et des soignants sur les urgences et en priorité les urgences vitales. Toute admission aux urgences se fera sur orientation du médecin traitant ou appel téléphonique au 15 ou au 3966.

Cela permettra d’orienter le patient vers la structure adaptée à la demande de soins :

  • médecin traitant,
  • Centre Médical de Soins Immédiats,
  • Urgences
  • ou intervention au SMUR pour les interventions vitales. 

"L’organisation envisagée ne consiste pas à fermer les urgences", précise le communiqué de presse du centre hospitalier de Montauban.

Le Tarn aussi

Confronté aussi à un manque de personnel, le service d'urgence de Lavaur dans le Tarn ferme temporairement son service de nuit du 13 juin au 15 juillet 2022. Le conseil départemental du Tarn demande à l'Etat des solutions pérennes pour permettre aux centres hospitaliers de fonctionner normalement.