Tarn-et-Garonne : renvoyée en correctionnelle, la maire de Montauban Brigitte Barèges dénonce une “étrange coïncidence”

Brigitte Barèges, maire de Montauban. / © Remy Gabalda/AFP
Brigitte Barèges, maire de Montauban. / © Remy Gabalda/AFP

Elle l'a appris ce mercredi 5 février : la maire Les Républicains de Montauban Brigitte Barèges sera jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse. "Etrange coïncidence, un mois avant l'échéance électorale du 15 mars" accuse-t-elle sur son compte Facebook.
 

Par Karen Cassuto

" Mon avocat m'a appelée hier pour m'informer que le juge d’instruction de Toulouse avait rendu une ordonnance de renvoi en correctionnelle des 4 personnes mises en examen dans ce dossier, dont moi." C'est de cette manière que commence la publication postée hier par la maire de Montauban, Brigitte Barèges, sur son compte Facebook.
 

La maire LR avait été mise en examen pour détournement de fonds publics en 2015. Concrètement, elle est soupçonnée d'avoir financé, avec l'argent de la commune, l'emploi présumé fictif d'un collaborateur chargé d'écrire des articles favorables à la municipalité dans Le Petit Journal
 

Trois autres personnes ont été mises en examen au même moment, elles seront également jugées par le tribunal correctionnel de Toulouse. Il s'agit de son ancien directeur de cabinet, Stéphane Bensmaine, du directeur du Petit Journal, Alain Paga et de Jean-Paul Fourment, ancien chargé de communication et ancien directeur de campagne de la maire de Montauban.


Elle dénonce une affaire politique


Sur son compte Facebook, la maire de Montauban parle d'une "étrange coïncidence" dans cette annonce, "un mois avant l'échéance électorale du 15 mars". Avant d'ajouter : 

Depuis le début de cette affaire, son caractère politique n'a échappé à personne.

L'édile précise qu'elle plaidera son innocence jusqu'au bout, et conteste ce qu'elle qualifie de "dénonciations calomnieuses (...) instrumentalisés par mes adversaires politiques". 

Il est nécessaire de rappeler que l'ordonnance de renvoi fait suite à un réquisitoire définitif du procureur de Toulouse, communiqué aux parties depuis plusieurs mois.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus