Tarn-et-Garonne : soupçonné de ne pas avoir déclaré une serveuse morte dans son restaurant, le gérant est relaxé

Le tribunal correctionnel de Montauban a relaxé ce 29 décembre 2020 un restaurateur soupçonné de ne pas avoir déclaré une serveuse décédée dans son établissement le 24 novembre 2019. Le patron avait assuré que la défunte était une cliente et non une employée.

Le restaurateur de 55 ans, propriétaire d'un établissement à Albias dans le Tarn-et-Garonne, était jugé le 1er décembre 2020 par le tribunal correctionnel de Montauban pour travail dissimulé. L'homme était soupçonné d’avoir employé illégalement une quinquagénaire, décédée brutalement dans son établissement des suites d’un infarctus en novembre 2019. 

Le patron du restaurant a toujours présenté la victime comme une cliente mais l'enquête menée pour comprendre les circonstances de la mort de cette femme s'était vite tournée vers des soupçons de travail dissimulé.

Ce 29 décembre 2020, le tribunal correctionnel de Montauban a décidé de relaxer le prévenu pour absence de preuves de travail illégal. 

Des indices troublants

Certains indices ont conduit les enquêteurs à vérifier le "statut" de la victime. Car au moment de sa mort, au beau milieu de la salle de restaurant, la victime portait un tablier avec le logo de l'établissement. Pour comprendre les raisons de son décés brutal, les enquêteurs avait consulté le téléphone portable et avaient découvert des SMS échangés avec la cheffe de salle du restaurant. Des discussions qui faisaient mention d'heures de travail et de salaire.

Malgré ces indices, le patron du restaurant a toujours présenté la victime comme une cliente.

En l'absence de preuves irréfutables, le tribunal correctionnel de Montauban n'a pas retenu le caractère de travail dissimulé. Il a donc relaxé le prévenu comme l'avait plaidé la défense.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société économie social