• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn-et-Garonne : Baylet réélu, le FN en embuscade

Jean-Michel Baylet / © MaxPPP
Jean-Michel Baylet / © MaxPPP

Le président du PRG Jean-Michel Baylet a été réélu dès le premier tour dans son fief du Tarn-et-Garonne, infligeant un revers à la stratégie du "tout sauf Baylet" menée par ses adversaires, même si les frontistes font une très large percée et que l'UMP n'est pas encore battue.

Par Laurence Boffet

Jean-Michel Baylet parviendra-t-il à conserver le Tarn-et-Garonne, bastion familial depuis maintenant 45 ans ? L'ancien ministre et patron du Parti Radical de Gauche (PRG) et de la Dépêche du Midi a en tout cas été réélu conseiller général dès le premier tour dans son canton de Valence d'Agen. Il devra cependant faire face à la poussée du Front National dans quasiment tous les cantons et à son principal rival, l'UMP qui a juré de lui ravir le département.

Etat des lieux, à l'issue du premier tour

Jean-Michel Baylet est le seul candidat, avec son binôme, Christiane Le Corre, a être élu dès le premier tour. Il a recueilli 50,72% des suffrages exprimés dans son canton de
Valence d'Agen. C'est moins bien qu'en 2011 où il avait également été réélu dès le premier tour mais plus largement 57,91% des voix. Il peut d'autant plus se réjouir que son ancien bras droit au Conseil général, le PRG dissident Yvon Collin, a été laminé à Montauban, ne recueillant que 7% des voix. Yvon Collin, surnommé "le tombeur de Baylet", avait promis de répéter sa victoire surprise des sénatoriales de septembre 2014, où il avait éjecté Jean-Michel Baylet de son siège à la Haute Assemblée.


Bascule à droite compromise

Partie en ordre dispersée, la gauche est éliminée dans 3 cantons dès le premier tour (Moissac, Aveyron-Lère, et Pays de Serres Sud Quercy). Cela suffira-t-il à faire basculer le département à droite dimanche prochain ? On peut en douter ce dimanche soir. 
Yvon Collin a échoué dans sa stratégie visant à rassembler une majorité anti-Baylet suffisamment large, autour de sa personne et de l'UMP. La maire UMP de Montauban Brigitte Barèges, ennemie historique de Jean-Michel Baylet, et en ballotage favorable à Montauban, face à un binôme PS veut pourtant encore y croire. Elle rêve toujours de ravir le département à Jean-Michel Baylet qui le préside depuis 1986 et estimait ce dimanche sur l'antenne de France 3 Midi-Pyrénées que l'UMP "était en passe de remporter une majorité de cantons au second tour", visant plus de 8 cantons sur les 15. La stratégie de la droite classique, qui espérait renforcer sa position, pourrait​ cependant être compliquée par le bon score du FN.​

La percée du Front National

Scrutin après scrutin, le Front National progresse en Tarn-et-Garonne. Ces élections départementales l'ont une nouvelle fois démontré. Le parti d'extrême droite avait présenté des candidats dans tous les cantons du département. A l'issue du premier tour, il est en position de se maintenir dans 12 sur 15 et arrive même en tête dans 5 d'entre eux. Pour autant, rien n'est gagné pour le second tour, selon Thierry Viallon, le secrétaire départemental du Front National en Tarn-et-Garonne, lui-même candidat et en ballotage dans le canton de Montauban 1.

Retour sur ce premier tour en Tarn-et-Garonne :
Le Tarn-et-Garonne, après le 1er tour des départementales

Retrouvez ici notre dossier complet sur les élections départementales en Midi-Pyrénées


Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus