• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Une colocation de seniors menacée de fermeture à Septfonds (82)

La maison des seniors de Septfonds accueille 11 personnes âgées en colocation. / © Lionnel Vaccaro
La maison des seniors de Septfonds accueille 11 personnes âgées en colocation. / © Lionnel Vaccaro

A Septfonds, une résidence meublée pour seniors est menacée de fermeture. Ses 11 résidents doivent avoir quitté les lieux avant le 27 juillet. Pour les gestionnaires de la maison et les familles, c'est l'incompréhension.

Par Laurence Boffet

C'est une colocation pas tout à fait comme les autres. La maison des seniors de Septfonds, dans le Tarn-et-Garonne accueille uniquement des personnes âgées. Chacune a un bail pour un logement en résidence principale mais peut également profiter des soins ou de l'aide de son choix. Cette maison est née il y a 4 ans, quand Lionnel Vaccaro, auxiliaire de vie et son conjoint, infirmier libéral ont acheté cette demeure via la Société civile immobilière (SCI) qu'ils ont créée. Leur idée : proposer à des personnes âgées une location meublée, à la campagne, adaptée à leurs besoins mais aussi à leurs revenus. La maison abrite aujourd'hui 11 personnes âgées de 68 à 95 ans. Elle a fait l'objet début juillet d'une avalanche de contrôles et a désormais 15 jours pour fermer ses portes. 

Mise en demeure

Tout a commencé par une série de contrôles inopinés, le 5 juillet dernier. Ce jour-là, la répression des fraudes, l'Agence régionale de santé (ARS) les services de l'Aide personnalisée aux personnes âgées (APA) sont venus inspecter la maison des seniors, visiblement suite à une plainte. Une semaine plus tard, les gestionnaires de la SCI recevaient une mise en demeure préfectorale : la colocation des seniors devait prendre fin et les locataires devaient tous être relogés dans les 15 jours dans des maisons de retraite, sous peine de poursuites pénales. "On ne comprend pas ", explique aujourd'hui Lionnel Vaccaro, "c'est une violation de la vie privée puisque chaque résident à un bail à son nom et a fait le choix de sa résidence principale". Avant d'ajouter, "sans nous le dire, on nous reproche d'être trop proches de la maison de retraite, sans en avoir l'agrément".

La colère des familles

Pour les familles, c'est la colère et l'incompréhension. "On ne comprend pas" dit Nicole Pages. Sa maman de 92 ans et atteinte de la maladie d'Alzheimer, habite ici depuis 10 mois, "nous sommes enchantés de la situation, du cadre de vie. On ne comprend pas pourquoi ils veulent fermer cette structure". Il y a bien une maison de retraite dans le village, mais Nicole ne voulait pas que sa mère y habite : "je ne voulais surtout pas que ma mère aille dans une maison de retraite. ici, c'est vraiment autre chose, sans murs autour, avec un parc animalier, c'est vraiment super. Je ne comprends pas mais on va se battre pour la garder". D'autant que le lieu est également adapté à ses moyens : "nous n'avons pas de gros revenus, ici, c'est adapté, s'il faut changer, ça va nous mettre dans de grandes difficultés". Lucette Canonici est exactement du même avis. Quand il a fallu trouver une structure pour accueillir sa maman de 89 ans, cette habitante de Septfonds n'a pas hésité : "j'avais entendu parler de cette maison et c'est un vrai choix. La maison de retraite du village, il n'en est pas question. Ma maman a toujours vécu à la campagne, ici, c'est tout à fait ce qu'il lui fallait".
Les familles envisagent aujourd'hui de porter plainte pour violation de la vie privée. Elles ont prévu de toutes se retrouver samedi à la maison des seniors pour décider de leur mobilisation future.


Sur le même sujet

Hérault : une fillette de 20 mois et sa mère retrouvées mortes aux Rives

Les + Lus