Cet article date de plus de 3 ans

Albi : manifestation de soutien au buraliste condamné pour meurtre

Une cinquantaine de personnes, principalement des buralistes, a manifesté à la mi-journée, devant le tribunal d'Albi. En soutien à Luc Fournié, le buraliste condamné la semaine dernière en appel à dix ans de prison pour le meurtre d'un jeune cambrioleur en 2009. 

Les buralistes ont notamment fait part de la peur qui fait partie de leur quotidien, selon eux.
Les buralistes ont notamment fait part de la peur qui fait partie de leur quotidien, selon eux. © France 3
"Je m'appelle Luc Fournié" : tous les manifestants avaient revêtu un tee-shirt marqué de cette déclaration.
Une façon d'apporter leur soutien à Luc Fournié, ce buraliste de Lavaur (Tarn), condamné la semaine dernière en appel à une peine plus lourde qu'en première instance, dix ans de prison pour le meurtre d'un jeune cambrioleur en 2009.

Une cinquantaine de buralistes et proches du condamné s'est retrouvée à la mi-journée devant le tribunal d'Albi. A la presse, ils ont exprimé la personnalité de leur collègue mais aussi leur quotidien, où la peur est très présente. 

Dans la nuit du 14 décembre 2009, Luc Fournié avait tué d'un coup de fusil de chasse Jonathan, un lycéen de 17 ans, qui était venu cambrioler son bar-tabac à Lavaur (Tarn) dans la nuit, avec un autre adolescent, lui aussi non armé.

Quatre jours avant les faits, Luc Fournié avait découvert que les barreaux d'une fenêtre de son café avaient été sciés. Il était alors allé chercher le fusil de son père, des cartouches et avait installé un système d'alarme de fortune, après avoir alerté les gendarmes. Il avait aussi décidé de dormir au
rez-de-chaussée et de "faire des rondes".
Vers 2H30 du matin, réveillé par le bruit de la vitre brisée, M. Fournié était remonté chercher son fusil à l'étage, où se trouvait son domicile, avant de redescendre.
Confronté à une silhouette dans la pénombre, il avait tiré à bout portant sur Jonathan, qui s'était effondré, avant de tirer une seconde fois dans la direction de son acolyte, qui s'enfuyait, sans l'atteindre.

La justice n'a pas retenu la légitime défense. Condamné à sept ans de prison en première instance, Luc Fournié a écopé en appel de dix ans de prison.
La défense a annoncé son intention de se pourvoir en cassation. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société