Albi : privée de subvention municipale, la MJC cherche des soutiens

La décision est tombée fin décembre : la mairie d'Albi ne donnera rien à la MJC. Un désaccord sur les actions menées met en péril la survie même de ce lieu culturel et les 35 personnes qui interviennent régulièrement.

Lors d'un conseil municipal le 13 décembre dernier, la ville d'Albi décide de ne plus allouer de subventions à la MJC. Déjà réduite en 2021, elle permettait à la MJC d'assurer 1/3 de son budget.

La mairie d'Albi ne souhaite plus aider la MJC en 2022

En 2021, la subvention municipale avait déjà été réduite de moitié passant de 155 000 € à 75 000€ pour la MJC. Mais de là à la supprimer cette année... L'annonce a été un choc côté MJC. L'adjointe en charge de la culture, Marie-Pierre Boucabeille, justifie cette décision . "Ce qui est proposé à la MJC ne repose que sur une rencontre entre une offre et une demande d’activité, sans réellement de projets construits autour des valeurs, à destination de la jeunesse, vers la citoyenneté. La décision de l’équipe municipale a été motivée par une relation partenariale qui s’est dégradée, avec l'absence de dialogue et surtout absence de projet que l’on peut attendre d’une MJC."

La ville ne reviendra donc pas cette année sur la suppression de l'aide. Elle dénonce aussi des discours très politisés de certains membres de la MJC mais affirme laisser la porte ouverte pour des discussions.

Déjà en 2021 lors de la réduction de sa subvention, la mairie reprochait déjà à la MJC de "ne pas savoir se réinventer". La ville soutient également un projet de création d’une Maison des jeunes travailleurs qui priverait la MJC d'une partie d'un terrain dont elle a l’usage par convention avec la mairie. La cour permettait notamment d'y réaliser plusieurs événements.

La MJC accuse le coup et cherche des soutiens

Pour le personnel de la MJC qui existe depuis 1958, le coup est brutal. Certes il y avait bien eu une réduction de moitié l'an dernier, mais elle était mise sur le compte de la pandémie. 35 personnes interviennent régulièrement au sein de cette structure cogérée par des professionnels et des habitants. Pour son directeur Louis Passe, cette absence de subvention met très clairement en péril la MJC. "Au delà de l’équipe de salariés, c’est l’existence même de ce lieu culturel de proximité qui articule une action sociale avec une action culturelle qui est remise en cause. Le soutien de la municipalité est important, il représente un tiers du budget."

Il ne voit pas où serait le problème. "C’est contre toute attente. Nous avions d'excellentes relations avec la municipalité, une reconnaissance de notre travail : ateliers artistiques, accueil, animations. Notre action s’inscrit dans le cadre de l’éducation populaire : favoriser l’accès à la culture. Il est absolument nécessaire que tout ceci continue d’exister."

La MJC cherche donc des soutiens, elle compte entre 500 et 600 adhérents chaque année et plus de 1000 usagers hebdomadaires. Une pétition vient d'être lancée ainsi qu'un appel aux dons pour assurer le fonctionnement à peu près normal cette année.