VIDÉO. Autoroute A69 Toulouse-Castres : l'évacuation en cours des militants écologistes de la ZAD de la Crem'Arbre va durer

L'évacuation de la ZAD de la Crem'Arbre et des militants écologistes perchés dans les arbres en opposition au projet autoroutier A 69 qui doit relier Toulouse (Haute-Garonne) à Castres (Tarn), a débuté, lundi 19 février 2024.

Comme France 3 Occitanie vous l'avait annoncé, l'évacuation des militants écologistes sur le site de la Crem'Arbre à Saix dans le Tarn a débuté, ce lundi 19 février 2024, en milieu d'après-midi. 18 '"écureuils", opposants au projet d'autoroute A 69 qui doit relier Toulouse (Haute-Garonne) à Castres (Tarn), perchés dans les arbres doivent être délogés sous l'autorité du procureur de la République de Castres.

L'évacuation va prendre plusieurs jours selon le préfet du Tarn Michel Vilbois sur place, rapporte ce lundi soir, nos confrères de la Dépêche du midi. "C'est une opération qui demande du temps, reconnaît le représentant de l'Etat, car on ne prend pas les gens de force. On est sur un temps de négociation" a -t-il déclaré. Aucun écureuil n'a pour l'instant été délogé. 

Une unité spéciale mobilisée

Sur place, une équipe du SDIS 31 munie d'une nacelle a été déployée pour aider les gendarmes d'une unité spéciale à grimper, comme le montre cette vidéo tournée par notre journaliste, Coralie Pierre : 

durée de la vidéo : 00h00mn20s
Les membres de la Cellule nationale d’appui à la mobilité (CNAMO) sont en train de grimper dans les arbres. ©Coralie Pierre

L'intervention d'évacuation est réalisée "par le CNAMO, une unité spécialisée dans le dégagement d'obstacles complexes, explique le colonel Jean-Michel Doose, commandant de la gendarmerie du Tarn. Composée de six sous-officiers ultra-expérimentés, la Cellule nationale d’appui à la mobilité a pour mission de faire cesser les entravements et les accrochages complexes de manifestants, qu’ils soient en hauteur ou au sol."

Une bataille judiciaire

Cette évacuation fait suite à un dépôt de plainte du concessionnaire NGE-ATOSCA en charge du chantier, datant d'il y a plusieurs semaines pour "entrave des travaux et occupation illicite d'un terrain". Une opération à laquelle se préparent les militants écologistes sur place. L'accès au bois occupé par les militants perchés est bloqué par les gendarmes depuis le 15 février 2024. 

L'opération est saluée par le président du département du Tarn, Christophe Ramond, l'un des premiers élus à réagir dans un communiqué : "Aucune ZAD n'est acceptable. Les forces de l’ordre subissent depuis plusieurs jours une grande violence sur le chantier de l’autoroute A69. Je salue leur engagement et leur professionnalisme face à ce qu’il est convenu d’appeler des « terroristes verts », des individus cagoulés, aguerris et armés qui s’expriment par l’ultra violence avec des cocktails Molotov.  Le seul climat qu’ils protègent, c’est celui de la terreur. Manifester est un droit, casser est un délit !" Christophe Ramond rappelle "l'absolue nécessité de la future A 69". "C'est la seule solution pour désenclaver le sud du Tarn coincé entre la Montagne Noire et les monts de Lacaune", affirme l'élu. 

Les écureuils préparés à résister

Ce matin, le chantier a repris. "Le reste du campement situé au pied des arbres a été évacué par NGE-Atosca", décrit un des militants sur site joint par France 3 Occitanie. "Une pelleteuse a commencé à détruire le dortoir au pied des platanes, parfois en heurtant les arbres, poursuit-il tout en étant lucide. On sait que le processus d'évacuation va commencer. Mais les écureuils sont préparés mentalement à tenir le plus longtemps possible, malgré les privations de sommeil, de nourriture et d'eau. Il faudra beaucoup de travail pour réussir à les déloger. Ils ne vont pas descendre ni aujourd'hui, ni demain, ni après-demain", affirme le militant. Selon le collectif la Voie est libre, les militants ont saisi le défenseur des droits pour "stopper le harcèlement et la torture psychologique sur les écureuils" : 

Lire aussi : PHOTOS. Autoroute A 69. Environ 200 personnes ont participé à la manifestation en soutien à la ZAD interdite par la préfecture, 6 interpellations, 3 gendarmes blessés

Cette opération d'évacuation survient au lendemain d'une nouvelle manifestation organisée ce dimanche 18 février 2024 par les opposants pour ravitailler les "écureuils". Six personnes ont été interpellées et trois gendarmes ont été blessés selon un bilan de la préfecture du Tarn.

Les militants écologistes espèrent que leurs recours déposés en urgence concernant la "coupe d'arbres en zone à fort enjeu écologique" qui ne devrait, selon eux, "débuter qu'au 1er septembre au lieu du 15 février", sera rapidement examiné pour sauver le plus d'arbres possibles.