Covid-19 : les premiers tests salivaires sont arrivés dans les écoles du Tarn

Ce vendredi 5 mars 2021, l'école Las Peyras de Rabastens dans le Tarn a accueilli les premiers prélèvements salivaires de l'académie de Toulouse. Ils seront progressivement déployés dans les autres écoles maternelles et primaires du département. 

Le test salivaire est mieux accepté par les parents et les enfants.
Le test salivaire est mieux accepté par les parents et les enfants. © FTV

La campagne de prélèvement salivaire a débuté ce vendredi 5 mars 2021 dans les écoles de l’académie de Toulouse. C'est le groupe scolaire Las Peyras de Rabastens dans le Tarn qui a été choisi pour effectuer les premiers prélèvements.

Tests salivaires mieux acceptés 

Les tests salivaires ont été réalisés dans une classe de double niveau, grande section/CP. Pour ce premier jour, 11 enfants sur 21 ont été dépistés par des personnels de santé, avec l'accord de leurs parents. Des tests salivaires préférés aux tests PCR, car ces prélèvements devraient être répétés à deux reprises.

Ce vendredi matin, les enfants n'ont pas eu besoin de cracher dans une fiole, ils ont dû sucer un "coton-tige" pendant quelques secondes et le tour était joué !

Les résultats seront connus dans 24 heures. Dans le Tarn, trois écoles ont été testées ce 5 mars 2021. Onze autres devraient l'être dans les prochains jours. Puis, la campagne de dépistage ciblera les éventuels clusters.

Ces tests seront généralisés à l'ensemble de l'académie dans les prochaines semaines. 

Tester pour garder les écoles ouvertes

Il faut renforcer ces dépistages pour maintenir les écoles ouvertes pour le bien être des enfants.

a expliqué le recteur d'académie Mostafa Fourar. Le Ministre de l'éducation nationale Jean-Michel Blanquer a  affirmé que la France avait "tout à fait les moyens en termes de tests et de moyens logistiques" d'arriver "vers la mi-mars à l'objectif de 300.000 tests par semaine" pour l'ensemble de la France.

Des tests réalisés par des "personnels spécialisés"

Les syndicats d'enseignants, qui déplorent un manque d'organisation et d'anticipation de cette campagne  de  tests, s'inquiétaient de la mise à contribution des enseignants pour pratiquer les tests. Le ministère explique qu'un protocole précis a été défini et prévoit que "des personnels spécialisés" des agences sanitaires de santé, "des personnels de santé de l'éducation nationale", comme les infirmières scolaires, mais aussi d'autres secteurs comme celles "des laboratoires privés" pratiquent les tests auprès des enfants.  

1.700 étudiants recrutés pour aider 

Jean-Michel Blanquer a également annoncé le recrutement de 1.700 étudiants pour aider les personnels médicaux. Ils devraient s'agir d'étudiants en médecine et en pharmacie.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation