Entre bug Facebook et témoignage d'un faux proche, la disparition de Delphine Jubillar toujours un peu plus mystérieuse

Selon Philippe Pressecq, avocat de 6 proches de Delphine Jubillar, la publication mercredi 13 janvier d'un message du compte Facebook de la disparue ne serait qu'un problème technique du réseau social. Un "bug" qui a provoqué de faux espoirs, dans une affaire toujours aussi mystérieuse. 

Delphine Aussaguel (nom de jeune fille) a disparu de son domicile à Cagnac-Les-Mines dans la nuit du 15 décembre.
Delphine Aussaguel (nom de jeune fille) a disparu de son domicile à Cagnac-Les-Mines dans la nuit du 15 décembre. © Gendarmerie du Tarn

"Cette affaire est déjà assez mystérieuse et il faut que Facebook bugge pile au même moment !" Me Philippe Pressecq, avocat d'une cousine et de trois amis proches de Delphine Jubillar, ne cache pas sa stupéfaction. 

Mercredi 13 janvier, le compte Facebook de la jeune tarnaise disparue depuis la mi-décembre a posté un mystérieux message vide sur le groupe "citoyens en colère 81". Message supprimé quelques minutes plus tard. Selon Philippe Pressecq, cette publication "fantôme" résulterait d'un bug : 

"On ne peut pas poster de message "vide" sur ce réseau social, explique l'avocat. Il faut au moins un caractère pour permettre une publication. Lorsque l'on regarde les captures d'écrans effectuées par mes clients, on peut constater que le post de la page de Delphine Jublillar est totalement vierge. Il y a eu une défaillance technique".

De faux espoirs pour les proches

Les membres du groupe où le post a été publié cherchent d'ailleurs, comme le montre cette capture d'écran, à savoir si d'autres membres ont connu un problème similaire.

Les membres du groupe où le post a été publié cherchent à savoir si d'autres membres ont connu un problème similaire.
Les membres du groupe où le post a été publié cherchent à savoir si d'autres membres ont connu un problème similaire. © Capture d'écran Facebook

Ce nouvel épisode dans l'enquête sur la disparition de la mère de famille arrive au pire moment. "Mes clients auraient bien aimé que ce soit un signe de vie. Tout cela rajoute du mystère au mystère" déplore Me Pressecq

Cet évènement apparait aussi dans un contexte où les avocats des parties civiles doivent faire face aux médiums et aux personnes se présentant, auprès de la presse, comme des proches de la famille de Delphine Jubillar. Des individus accentuant le flou autour de cette affaire.

"Il ferait mieux de se taire. C'est une imposture"

Comme cet homme affirmant être un ami du mari de la jeune femme et interrogé par plusieurs médias : "Ce n'est absolument pas un proche de mon client, dément l'avocat de Cédric Jubillar, Me Jean-Baptiste Alary. Ils ne se sont jamais rencontrés physiquement. Il ne connait Cédric, ni de près, ni de loin. Ce monsieur veut son quart d'heure de gloire. Il ferait mieux de se taire. C'est une imposture".

Disparue de son domicile de Cagnac-les-Mines (Tarn) dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar n'a plus donné signe de vie. D'importantes recherches ont été effectuées pour retrouver la jeune infirmière âgée de 33 ans, en vain. Toutes les pistes restent à ce jour toujours ouvertes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers disparition justice société