"Eviter le fiasco" : l'ex-maire de Gaillac, Patrice Gausserand explique les raisons du départ du Festival des Lanternes

L'ancien maire de Gaillac (Tarn) Patrice Gausserand, a répondu à France Bleu Occitanie, ce mardi 12 janvier, sur les raisons du départ du Festival des Lanternes : des conditions financières plus réunies, des oppositions trop vives. Tout en éludant son implication dans le projet à Blagnac.

Patrice Gausserand, ancien maire de Gaillac (Tarn)
Patrice Gausserand, ancien maire de Gaillac (Tarn) © FTV

"La problématique ce n’est pas se battre pour se battre mais la problématique c’est d’éviter un fiasco. J’ai beau comprendre que les entreprises et les commerçants Gaillaicois soient déçus mais pour faire un festival il faut des conditions". Et pour l'ancien maire de Gaillac ces conditions n'étaient plus réunies dans le Tarn pour permettre la réussite d'une nouvelle édition du Festival des Lanternes. 

Ces explications Patrice Gausserand les a données au téléphone mardi 12 janvier dans la matinale de France Bleu Occitanie, également diffusée sur l'antenne de France 3 Occitanie. Pour l'ancien élu, la première raison de ce départ est d'ordre financier.

L'image du consortium chinois "dégradée"

"Pour réussir ce festival, il faut des conditions particulières, assure-t-il. Pour Gaillac, il faut des conditions financières solides. Il faut aller chercher des partenaires financiers. Vous le savez d’ailleurs cela a été les grandes discussions de 2017 : aller chercher pour 800 000 euros de partenaires financiers privés, des commerçants, des entreprises gaillacoises, qui sont venus soutenir ce projet culturel. Aujourd’hui avec les conditions du Covid, les grands acteurs économiques ne sont pas prêts à remettre autant d’argent".

L'autre explication serait à aller chercher du côté d'une opposition trop vive et récurrente à l'évènement : "Vous savez le consortium chinois n’est pas là pour prendre des coups et pour voir à chaque fois son image être dégradée. (...) C’est le consortium qui m’a fait part des inquiétudes qu’il y avait pour pouvoir refaire un festival avec les critiques venant de la part de l'opposition municipale. Lorsque vous avez un conseiller municipal qui dit « ce festival est kitsch, il est fait pour des ploucs »... Ils ont tellement œuvré pour que ce festival s’arrête à travers des plaintes, à travers des tracts, des messages sur les réseaux sociaux. Le consortium a bien pris note que cette opposition ne voulait pas du festival des Lanternes". 

L'implication personnelle éludée

Concernant son implication personnelle dans l'arrivée du spectacle chinois à Blagnac (Haute-Garonne), Patrice Gausserand élude la question. Pourtant, selon Joseph Carles lui-même, maire de Blagnac, la société de Patrice Gausserand (associé à l'homme d'affaire Hubert Mauillon), Mag Conseil est détentrice de l’exclusivité des droits de ce spectacle pour l’Europe et le Moyen Orient. C'est avec elle et l’entreprise chinoise productrice de l’événement que la municipalité blagnacaise négocie.

Le mois prochain, l'ancien maire de la petite ville tarnaise fera à nouveau l'actualité mais judiciaire. Condamné pour prise illégale d’intérêts et corruption passive à 10 mois d'emprisonnement avec sursis, 20 000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité avec exécution provisoire, Patrice Gausserand a fait appel de cette décision. Son procès se tiendra à Toulouse : "Mon objectif premier est de retrouver ma dignité. Cette sanction est disproportionnée par rapport aux faits et par rapport à la maladresse que j’ai pu commettre" a-t-il conclu sur l'antenne de France Bleu Occitanie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
spectacle vivant culture