• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

GRAND DEBAT - Jordan, étudiant à Albi : “Si je veux manger, je dois travailler”

Jordan, 22 ans, étudiant à Albi, aimerait devenir prof d'histoire-géo / © France 3
Jordan, 22 ans, étudiant à Albi, aimerait devenir prof d'histoire-géo / © France 3

Dans le cadre du Grand débat national, nous avons choisi de donner la parole à des habitants de la région. Salarié, commerçants, demandeurs d'emplois, étudiants... Ils évoquent leur quotidien, leurs problèmes et leurs aspirations. 

Par Fabrice Valery

Il a 22 ans et est étudiant à Albi, en troisième année de licence, avec la ferme intention d'intégrer un master "Métiers de l'enseignement et de la formation" pour préparer le Capès...

Jordan s'exprime, dans le cadre de la volonté de France 3 Occitanie de donner la parole aux citoyens de notre région, parallèlement au Grand Débat National, organisé partout en France. 
Jordan, 22 ans, étudiant à Albi


Pour Jordan, la vie d'étudiant n'est pas concevable sans un petit boulot :

Mes parents ont pu m'aider mais c'est compliqué d'avoir un étudiants à charge à 100 %. Donc la première année, j'ai perçu des bourses, pas très très élevées, mais j'ai quand même dû travailler en complément et j'ai eu la chance de travailler dans l'animation à la mairie d'Albi. Si je voulais manger, il fallait que je travaille. 

Cet emploi lui permet de toucher 700 euros par mois.

L'étudiant réagit notamment à la diminution de 5 euros mensuels de l'aide au logement, les APL.

Quand on a un Président de la République qui nous dit que 5 euros en moins d'APL c'est rien, que c'est pas ça qui devrait faire bondir les gens, et que de l'autre côté il supprime l'impôt sur la fortune et là, il est question de 4 milliards... J'ai envie de lui dire : 5 euros c'est beaucoup, ça fait manger pendant une semaine des fois...

"Ramener du sens et de la confiance, dans notre manière de vivre, dans nos institutions" ce doit être selon lui, l'objectif numéro un du Grand débat national, mais aussi la présence des services publics... 

Il attend aussi un élan vers la transition écologique avant qu'il ne soit trop tard. 

De son point de vue, "s'il y a une colère en France c'est d'abord et surtout parce qu'on fait semblant de ne pas voir les problèmes, ou on fait semblant d'y apporter une solution qui concrêtement ne même à rien". 


 

Sur le même sujet

Montpellier : la poissonnerie "L'Huître Rieuse" tire son rideau

Les + Lus

Les + Partagés