INSOLITE. Qu'est-ce la tyrosémiophilie ? Cette passion dévorante qui fait découvrir à René la France à travers .... ses fromages

Tout le monde connaît les collections de timbres ou de fèves des rois, Mais avez-vous déjà entendu parler de la tyrosémiophilie ? Derrière ce nom barbare se cache un collectionneur d’étiquettes de fromages. À Albi (Tarn), un retraité les garde précieusement. Il en compte près de 35.000.

La tyrosémiophilie consiste à collectionner des étiquettes de fromages. Rencontre avec un retraité à Albi dans le Tarn. Cet ancien gendarme possède plus de 34.000 étiquettes qu'il conserve religieusement. 

34.500 étiquettes de fromages

"Les Alpes, Pyrénées, Livarot, certaines marques",  Réné égrène la longue liste des origines de sa collection, bien rangée et minutieusement classée. Car René a une passion dévorante : la tyrosémiophilie. Il ne possède pas moins de 34 500 étiquettes de fromages dans ses 82 classeurs.

"J’enregistre sur Excel chaque étiquette", explique René. "Et une fois qu’elle est classée, je n'ai plus à m'embêter. Je regarde sur mon ordinateur, je recherche le classeur numéro tant et je la retrouve." La passion des étiquettes de fromages l'a pris à la retraite. 

Une passion qui se partage

La tyrosémiophilie vient du grec et de l'association de deux mots : tyros, qui signifie fromage et Philos qui signifie ami. Tout a commencé en l'an 2000 pour cet ancien gendarme. René retrouve un début de collection d’étiquettes de sa fille et décide de la continuer. Comme pour les cartes Pokemon ou les feuilles Diddl, l’octogénaire échange ses doubles pour agrandir sa collection.

"Ça a démarré timidement", reconnaît René. "Puis, à force d’être connu, la zone s’est agrandie. J’ai eu des dons, des appels, des échanges, des connaissances étrangères aussi. Et là, on monte vite en puissance. Et maintenant quand même ça se stabilise."

Et les fromages alors ?

Parmi tous ses trésors, quelques-uns sortent du lot. René nous présente une immense étiquette de Cantal fabriqué à 100% avec du lait de Salers : "Celle-là beaucoup ne l'ont pas", affirme-t-il avec fierté. "C'est la coopérative de fabrication qui me l’a offerte, donc elle fait partie de mes chouchoutes, ne serait-ce que par sa taille." Mais alors, pour arriver à une telle collection, Réné a-t-il dû déguster tous ces fromages ?

Pas forcément à en croire la réponse du retraité : "Ah non ! Le choix d’une étiquette, ce n’est pas le fromage", explique René. "C'est l’étiquette qui m’intéresse." Il avoue tout de même en riant "J'aime aussi le fromage, mais à la fin des comptes, ce serait vraiment laborieux d'en manger autant, voire déconseillé pour le cholestérol."

Dans le Bureau de Réné, il reste encore un peu de place pour tenter de se rapprocher de la plus grande collection en France : 250.000 étiquettes de fromages. 

(Article écrit en collaboration avec Marie le Bobinnec)

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité