L'immobilier dans le Tarn : "le marché va continuer de ralentir" selon un notaire

Le début d'année 2023 marqué par un ralentissement du nombre de ventes devrait se poursuivre dans les prochains mois dans le Tarn, selon un notaire. Voici les trois infos à retenir sur les tendances dans le département avec Me Antoine Fabre.

L'activité immobilière ralentit depuis le début de l'année 2023 : dans le Tarn, cela devrait s'étendre dans les prochains mois selon un notaire du département. Voici les trois choses à retenir, sous ses conseils.

1 - Début d'année marqué par un ralentissement des ventes

Le nombre des ventes est en diminution dans le Tarn. "On assiste à une baisse des ventes après cinq dernières années fastes, notamment 2022" analyse Antoine Fabre, notaire dans le Tarn. "On revient sur des bases d'avant 2018."

Selon les chiffres de la chambre des notaires de la cour d'appel de Toulouse, la donnée la plus révélatrice est celle du marché des maisons à bâtir : +20,8% en 2022.

 2 - Un prix médian à un peu plus de 160.000 €

Le prix médian de l'ensemble des ventes enregistrées est de 163.100 € pour une superficie de 105 mètres carrés habitable. 

Pour les maisons classiques, la médiane est un peu plus haute : 180.000 €, tous biens confondus. Saint-Sulpice, Rabastens, Gaillac et Lavaur sont les communes où l'immobilier est le plus cher.

3 - L'oeil du notaire sur la suite

Antoine Fabre table sur un ralentissement durable dans les mois à venir. "Le marché va continuer à ralentir : on va commencer à avoir une baisse des prix vers l’automne." Mais il tient à être rassurant malgré ça. "Je pense qu'il ne faut pas s'affoler. L’immobilier est toujours une valeur refuge. Il est rare que les personnes à la revente réalisent des moins-values" rappelle-t-il.