Mobilisation contre l'installation d'une plateforme logistique sur la ZAC des Portes du Tarn

Une centaine de personnes s'est mobilisée contre l'installation d'entrepôts logistiques sur 12 hectares de la ZAC des Portes du Tarn / © France 3 - Régis Guillon
Une centaine de personnes s'est mobilisée contre l'installation d'entrepôts logistiques sur 12 hectares de la ZAC des Portes du Tarn / © France 3 - Régis Guillon

A l'appel de partis politiques et associations, une centaine de personnes s'est réunie sur la zone d'aménagement concerté (ZAC) des Portes du Tarn, ce samedi 31 août. Les manifestants défendent la biodiversité du site contre l'installation de Terra 2, une plate-forme logistique de 70 000 m2.

Par Sylvain Duchampt

Une simple haie au beau milieu de la zone d'aménagement concerté (ZAC) des Portes du Tarn. C'est ceci que sont venus défendre une centaine de manifestants, ce samedi matin, à l'appel d'Europe Écologie les Verts, du collectif Et Pourquoi Pas !, de la France Insoumise et de l'association Saint-Sulpice Active et Citoyenne.

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux (cf ci-dessous), les quatre organisations estiment que "la haie située sur la parcelle Terra 2 au beau milieu de la ZAC des Portes du Tarn est un enjeu central du devenir de cet espace. Nous n'envisageons pas de la sacrifier. Dans son rapport du 15 mai 2019, la Direction régionale de l'environnement , de l'aménagement et du logement (DREAL) en demande la conservation à la SPLA 81 (Société Publique Locale d’Aménagement « Les Portes du Tarn »)." 
 

Un intérêt écologique sous évalué

Cette haie, où se reproduit le petit rapace l'Elanion blanc, serait détruite afin de permettre la construction d'un batîment de 70 000 m2 où prendrait place la plateforme logistique TERRA 2 composée de 120 quais. Avec cette structure, l'association Saint Sulpice active et citoyenne estime à plus de 500 passages de poids lourd par jour sur le site. Pour les opposants à ce projet, la SPL 81 a sous-evalué l'intérêt écologique sur la ZAC des Portes du Tarn

Un sentiment renforcé par l'avis défavorable rendu le 18 juillet dernier par le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) concernant une demande de dérogation présentée par la Société Publique Locale d'Aménagement (SPLA) du parc d'activités Les Portes du Tarn. Dans sa décision, l'organisme constate "l'absence dans le dossier de la liste complète des espèces flore et faune relevées en 2018, la sous-évaluation systématique des enjeux (enjeu «moyen» pour un habitat d'intérêt supradépartemental, enjeu «faible» pour des espèces menacées fréquentant le site comme aire de repos ou d'alimentation)» et «l'absence de nouvelles mesures d'évitement ou de réduction dans le cadre de cette mise à jour."

Des interrogation sur l'avenir des Portes du Tarn

Face à ces problématiques environnementales, l'opposition se structure. Au point que le maire de la commune de Buzet-sur-Tarn (Haute-Garonne), Gilles Joviado, dont la municipalité a délivré le permis de construire au projet, s'interroge lui même sur l'avenir du projet des Portes du Tarn en des termes durs :
Au-delà de la question environnementale, la ZAC des Portes du Tarn reste désespérement vide. A l'heure actuelle, une seule entreprise, Vinovalie, s'y est installée.

Sur le même sujet

Les + Lus