La politique touristique d'Albi épinglée par la Chambre régionale des comptes

La ville d'Albi a mal géré son classement au patrimoine mondialde l'humanité selon la Chambre régionale des comptes / © J. Moreno / MaxPPP
La ville d'Albi a mal géré son classement au patrimoine mondialde l'humanité selon la Chambre régionale des comptes / © J. Moreno / MaxPPP

INFO FRANCE 3 - Dans son rapport, qui sera bientôt rendu public, la Chambre régionale des comptes critique la gestion de la ville d'Albi notamment en matière de tourisme. La cité épiscopale, classée au patrimoine mondial, n'a développé une politique touristique qu'au niveau communal. 

Par Vincent Albinet

Entre les lignes, le rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC), qui sera bientôt rendu public, n'est pas tendre pour la gestion de la ville d'Albi.

La Chambre a procédé au contrôle des comptes de la cité episcopale pour les exercices 2010 et suivants.

Pour les magistrats enquêteurs, Albi a mal géré son classement au patrimoine mondial de l’humanité en 2010.

Une politique de tourisme restée au niveau communal pour une ville classée au patrimoine mondial


Alors que ce classement lui a apporté une augmentation de la fréquentation touristique qui a dépassé le million de visiteurs, "la politique en matière de tourisme est restée au niveau communal", critique la Chambre. "Pour autant, la commune n’a pas formalisé de plan de développement du tourisme et le schéma directeur de l’office de tourisme, adopté en 2019, ne répond que partiellement aux enjeux", précise-t-elle. 

"Il est vrai que le plan de développement du tourisme n'a pu être formalisé que depuis l'arrivée de la nouvelle directrice de l'Office du Tourisme", répond Stéphanie Guiraud-Chaumeil au président de la CRC. "Il a été validé par la Ville, poursuit la maire d'Albi, celle-ci ayant fait le choix de conserver la compétence tourisme au niveau communal. Si des liens existent d'ores et déjà avec les collectivités voisines (...) le shéma directeur sera amendé pour formaliser ces relations".

Les Cordeliers, un équipement qui profite à la communauté d'agglomération mais qui coûte cher à la ville

La Chambre épingle également la gestion de l’espace culturel des Cordeliers, inauguré en février 2014.

Alors que sa fréquentation et son rayonnement "dépassent le territoire de la commune", note la CRC, "c'est la ville et non la communauté d’agglomération qui en supporte la charge en investissement et en fonctionnement".

"L’écart entre le coût global final du projet et l’enveloppe financière n’est pas substantiel, mais le niveau de subventions finalement perçu par la ville (7,3 M€) a été nettement plus faible que celui attendu (24 M€). Afin de garantir le principe de neutralité de l’opération de construction du parking associé à cet espace pour la communauté d’agglomération, la commune supporte jusqu’en 2022 les conséquences de l’étalement des remboursements de la communauté d’agglomération", analyse le rapport.

"Le loyer versé par l’exploitant du cinéma ne couvre pas le remboursement des emprunts souscrits, générant un déficit de fonctionnement récurrent de l’opération « cinéma Cordeliers » au sein d’un budget annexe", précise la Chambre régionale.

 

Sur le même sujet

Les + Lus