"Renoncer n'est pas perdre, Jean" : les opposants à l'autoroute A69 en appellent à "la clairvoyance et l'humilité" d'un député réélu

Plus sur le thème :

Au lendemain des élections législatives et de la majorité relative obtenue par le Nouveau Front Populaire, les opposants au projet d'autoroute A69 entre Toulouse et Castres remontent au créneau. "Le moratoire, c'est maintenant" disent-ils, tout en s'adressant directement au député réélu dans le Tarn, Jean Terlier.

"Notre collectif se joint à l’élan d’espoir issu des urnes à l’occasion de ces législatives", écrit le collectif d'opposante à l'autoroute A69, La Voie est Libre. "L’intégralité des dirigeants de partis du NFP se sont publiquement opposés à l’A69 et se sont engagés à suspendre le projet", peut-on lire dans leurs publications sur les réseaux sociaux, ce lundi 8 juillet 2024. L'heure est au moratoire, disent les opposants tout en adressant un message particulier au député Jean Terlier.

"Renoncer n'est pas perdre Jean"

Dans la troisième circonscription du Tarn, Jean Terlier était candidat à sa réélection. Et le député sortant de la majorité présidentielle l'a emporté face au jeune allié LR du RN, Guilhem Carayon. Jean Terlier est un farouche défenseur de la contestée autoroute A69. Il dirigeait également la commission d'enquête parlementaire sur le montage juridique et financier du projet autoroutier. Une commission dissoute en même temps que l'Assemblée nationale.

Au lendemain du scrutin législatif, la Voie est Libre demande un audit global via la saisie de l'Inspection générale de l'Environnement et du Développement durable. Les opposants en profitent pour demander à Jean Terlier "de faire preuve de clairvoyance et d'humilité" après sa réélection, "grâce à des milliers de citoyens et citoyennes capables de faire passer l’intérêt général avant les intérêts privés."

Sa présence à l’Assemblée nationale ne tient qu’à cette intelligence collective et doit être synonyme de renoncement à soutenir ce projet. Renoncer n’est pas perdre Jean.

La Voie est Libre, collectif d'opposants à l'A69 dans un communiqué de presse

"Le moratoire, c'est maintenant"

Le collectif s'attend également à ce que les dirigeants du Nouveau front Populaire tiennent désormais parole. Selon le collectif, ils se sont publiquement opposés à l'A69 et se sont engagés à prononcer un moratoire dès leur élection.

"Le NFP a eu la lucidité de mettre comme une des priorités des quinze premiers jours de son programme la remise en question des infrastructures inutiles", rappelle le collectif. L'autoroute A69 en est le symbole. "Nous informons le NFP que nous sommes à sa disposition immédiate pour transmettre tous les éléments nécessaires à la mise en place du moratoire. Cette suspension immédiate des travaux va permettre d’apaiser les tensions et de regarder avec lucidité l’erreur économique, sociale et environnementale que représente l’A69", indique encore le collectif.

Rappelons qu'à quelques heures du premier tour de ces élections législatives, Carole Delga avait déclaré : "la question de l'A69, elle est réglée". Une déclaration de la socialiste et présidente de Région Occitanie que Jean Terlier s'était empressé de relayer, la remerciant d'être à ses côtés pour soutenir ce projet.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité