Tarn : 5 mois après, la disparition de Delphine Jubillar reste une énigme et ses amies relancent les recherches

Le 16 décembre 2020 Delphine Jubillar, une jeune infirmière de 33 ans, a disparu de son domicile tarnais. Son mari a été soupçonné et l'enquête piétine toujours. Ses proches ont prévu un rassemblement ce dimanche 16 mai 2021 à Cagnac-les-Mines pour marquer les 5 mois de sa disparition. 

Les proches de Delphine Jubillar effectuent des recherches aux abords de la commune de Cagnac-les-mines dans le Tarn.
Les proches de Delphine Jubillar effectuent des recherches aux abords de la commune de Cagnac-les-mines dans le Tarn. © H.Jacques / FTV

Le 16 mai 2021, Delphine Jubillar aura disparu depuis 5 mois précisément. Partie de son domicile de Cagnac-les-Mines en pleine nuit, cette mère de 2 enfants n'a toujours pas donné de signes de vie. Son mari avait alerté les gendarmes après son départ dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

#On_Lâche_Rien 

C'est le message posté sur les réseaux sociaux. Ses proches, sa famille, les voisins, continuent de fouiller, de traquer le moindre indice. Malgré ces nombreuses recherches, aucun élément n'est venu donner des détails sur sa disparition. Les gendarmes ont sondé lacs et rivières, des battues à travers champs et bois ont été organisées autour du village de Cagnac-les-Mines. Souvent les jeudis, un groupe réduit de personnes proches tentent de trouver quelque chose. Les enquêteurs privilégient toujours la piste criminelle mais rien de probant ne vient éclairer ce dossier.

Alors ce dimanche 16 mai 2021, un grand rassemblement sera organisé à partir de 13H30 au stade de Cagnac-les-Mines, celui même où plus de 1800 personnes s'étaient rassemblées une semaine après sa disparition en 2020. Ses proches ont posté ce message sur les réseaux :  "Votre présence est indispensable pour montrer à Delphine qu'on ne l'oublie pas et qu'on ne lâche rien".

Pas de nouveaux éléments

A l'instar d'Amandine Estrabaud -une autre jeune femme tarnaise disparue en 2013- les certitudes et les preuves dans ce dossier sont assez rares. Cédric Jubillar le mari de Delphine a été entendu en tant que partie civile par 2 magistrats en charge de l'enquête le 30 avril dernier. Il est ressorti sans aucune charge contre lui pour l'instant.

Crime, enlèvement, mauvaise rencontre, suicide, aucune piste ne se dégage 5 mois après. Du côté de la victime, 4 proches et 2 personnes de sa famille se sont constituées partie civile pour avoir accès au dossier. Une possibilité refusée par la justice dans un premier temps. Joint par téléphone, Me Philippe Pressecq l'avocat de la famille et des proches plaidera devant la cour d'appel le 20 mai pour changer cette décision. En attendant, il ne souhaite pas s'exprimer. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers disparition police société sécurité