• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn : le combat des retraitées agricoles pour toucher une retraite décente

Annette Birbes a travaillé plus de 40 ans avec son mari, Hubert. Elle touche aujourd'hui 520 euros de retraite. Lui, 800. / © Nicolas Bonduelle / France 3 Tarn
Annette Birbes a travaillé plus de 40 ans avec son mari, Hubert. Elle touche aujourd'hui 520 euros de retraite. Lui, 800. / © Nicolas Bonduelle / France 3 Tarn

Elles ont travaillé toute leur vie aux côtés de leur mari, sur leur exploitation agricole commune et touchent de toutes petites retraites. Elles ? Ce sont les femmes d'agriculteurs qui se battent aujourd'hui pour obtenir la parité. Illustration dans le Tarn.

Par Laurence Boffet

"On comptait pour rien. Zéro. C'est comme si on n'avait pas existé." En une phrase, Annette Birbes, résume bien la réalité de nombreuses femmes d'agriculteurs. Comme elle, elles ont travaillé toute leur vie, à la ferme, aux côtés de leur mari. Et comme elle, elles n'ont droit aujourd'hui qu'à une retraite de misère, faute de réel statut. 

Installée avec son mari à Parisot, dans le Tarn, Annette a travaillé avec lui pendant plus de 40 ans sur leur exploitation de céréales et de vaches laitières. "Quand j'allais dans les administrations", dit-elle, "on me demandait ma profession. Je disais sans profession mais pas sans travail et ça les étonnait. En agriculture, c'est comme ça, les femmes ne sont pas considérées donc ne sont pas déclarées". Annette aura dû attendre que la loi change, en 1998, pour être enfin déclarée comme chef d'exploitation, au même titre que son époux. Dix années de cotisation qui lui permettent aujourd'hui de toucher 520 euros par mois. Contre 800 pour son mari. 

8 400 retraitées agricoles dans le Tarn

On compte aujourd'hui 14 000 retraités agricoles dans le département du Tarn. Près de 60% d'entre eux sont des femmes, avec de tous petits revenus, comme Annette Birbes. "Elles ont travaillé quasiment plus que les hommes, c'est reconnu" explique Michel Sabin, secrétaire départemental de l'ADRA-Association  des retraités agricoles, "et elles ont en moyenne 400 euros de retraite par mois". Son association se bat aujourd'hui pour faire reconnaître "l'égalité avec les hommes" et demande au gouvernement la parité. 

Elle organise une réunion publique à Albi, le vendredi 8 juin 2018. 1 600 personnes sont attendues. Elles comptent bien, ensuite, faire entendre leur voix au plus haut sommet de l'Etat pour que les femmes d'agriculteurs soient enfin reconnues. Sans oublier leurs maris. Car tous les retraités agricoles réclament aujourd'hui une revaloristation générale des retraites, quand l'augmentation récente de la CSG décidée par le gouvernement affaiblit désormais un peu plus leur pouvoir d'achat. 

Voyez le reportage à Parisot de Corinne Carrière et Nicolas Bonduelle :

 

Sur le même sujet

Occitanie : les aides européennes en danger

Les + Lus