Tarn : à Cordes-sur-Ciel, les touristes font la grimpette sous 40°C, masque sur le nez

Lors de ce premier grand jour de canicule, le vendredi 7 août, les températures sont grimpées jusqu'à 40°C dans le Tarn. Mais dans les rues accidentées et étroites de Cordes-sur-Ciel, les touristes sont là, masqués, et s'adaptent à la chaleur.

Dans le centre-ville de Cordes-sur-Ciel, le masque est obligatoire depuis le mardi 4 août.
Dans le centre-ville de Cordes-sur-Ciel, le masque est obligatoire depuis le mardi 4 août. © V.Galy/FTV
Sous un soleil de plomb, difficile de grimper jusqu'à 300 mètres d'altitude dans les rues accidentées de Cordes-sur-Ciel. D'autant plus avec un masque sur le nez. 

Depuis le 4 août dernier, le port du masque est devenu obligatoire dans le centre-ville de la bastide. Alors certains visiteurs, comme Serge, accusent le coup :
 

« C’est pas facile de visiter une ville comme ça où ça monte et ça descend sans arrêt avec un masque… on risque l’étouffement. »

Serge - touriste

D'autres arrivent à s'accomoder en venant aux heures les moins chaudes. 
 

« C'est très calme…on entend les gens un peu « rouméguer » comme on dit chez nous pour le port du masque. […] Moi je voyage beaucoup, et je me dis que les asiatiques le portent tout le temps. »

Gilles - touriste


Aucun risque d'étouffement

Tout d'abord, il est temps de rassurer Serge : non, il n'est pas possible de mourir étouffé par un masque. Même pendant la canicule.

Contrairement à certaines rumeurs relayées sur les réseaux sociaux, l'avis des professionnels de santé sur la question est clair :  il n’y a aucun risque d’hypoxie ou de manque d’apport en oxygène lors du port du masque, même pendant plusieurs heures. 

Pour le prouver, un médecin irlandais, Maitiu O'Tuathail a utilisé le 14 juillet dernier un appareil mesurant le taux d’oxygène d’une personne tout en portant six masques d'un coup. Tout au long de la vidéo, son taux reste le même :
 

La raison est simple: tous les masques permettent un échange entre l'oxygène et le dioxyde de carbonne que l'on rejette. On peut ressentir un léger essouflement, accuentué par la chaleur, mais il est généralement sans danger. Évitez tout de même la fausse bonne idée de mouiller son masque pour se rafraîchir : il devient beaucoup moins efficace, voire inutile. 



Reste encore à supporter la chaleur : la canicule peut-elle décourager les touristes à venir à Cordes-sur-Ciel ? Rien n'est moins sûr, selon l'Office du tourisme. Déjà en juillet, Marie-Christine Lassery sa directrice a noté une augmentation de 45% de la fréquentation du bureau d'accueil. Mais les habitudes changent avec la chaleur :
 

« Les visiteurs viennent à des horaires différents. Ils viennent plus tôt ou plus tard mais la fréquentation est là. Il y a un calme plat de 11h-12h jusqu’à 17h.»

Marie-Christine Lassery - directrice Office du tourisme de Cordes-sur-Ciel

Pas de soucis donc : malgré les masques, la chaleur, et la montée abrupte, les visiteurs continuent de venir admirer la beauté de Cordes-sur-Ciel. Le mois d'août s'annonce au beau fixe. 
 
Quand les visiteurs de Cordes-sur-Ciel grimpent avec le masque sous 40°C

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie canicule météo coronavirus/covid-19 santé société