Tarn : des rêves d'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco pour le viaduc du Viaur

Ouvrage ferroviaire à la technique unique en France, le viaduc du Viaur fait la fierté des habitants du Ségala, entre Tarn et Aveyron. Aujourd'hui, bénévoles, acteurs du tourisme et collectivités locales aimeraient le voir classé au patrimoine mondial de l'Unesco.
Restauré en 2017, le viaduc du Viaur a été inauguré en 1902.
Restauré en 2017, le viaduc du Viaur a été inauguré en 1902. © L. Boffet / FTV

A 116 mètres de hauteur, perdu dans la verdure du paysage, il jette crânement sa dentelle de métal de 460 mètres de long au-dessus de la rivière. Pont ferroviaire, le Viaduc du Viaur relie le département du Tarn et celui de l'Aveyron depuis son inauguration, en 1902. Plus d'un siècle plus tard, élus locaux et défenseurs du patrimoine rêvent d'un classement au patrimoine mondial de l'Unesco pour cet ouvrage unique en France...

Chef d'oeuvre technique réalisé par un Albigeois

Quand on passe à côté de lui, sur la nationale 88 qui relie le Tarn à l'Aveyron, on pense aux ponts construits par Gustave Eiffel. Pourtant, ce n'est pas lui qui a conçu le viaduc du Viaur. C'est un Albigeois, Paul Bodin, ingénieur à la société des Batignolles qui a remporté l'appel d'offres, face à Eiffel, justement. Paul Bodin conçoit alors un ouvrage audacieux pour l'époque, avec une technique unique : les arcs du pont se rejoignent en une clé articulée qui n'est pas soudée. C'est la dilatation de l'ouvrage en fonction de la température et du vent et le poids des trains qui permettent aux arcs de se rejoindre complètement.

L'ouvrage permet de désenclaver cette région du Ségala. Il sert au transport des matériaux, du bétail... Et on vient alors du monde entier pour l'admirer. 

Six ponts pour un classement

Aujourd'hui, c'est moins le cas mais dans le Ségala, on rêve de lui redonner sa notoriété et de l'inscrire au patrimoine mondial de l'Unesco avec 5 autres ponts européens. L'idée portée depuis maintenant trois ans est en effet de défendre une candidature européenne, explique Didier Somen, président de la communauté de communes Carmaux-Ségala. "Elle regroupe six ponts : un en Allemagne, un en Italie, deux au Portugal et deux en France, le viaduc du Viaur et le viaduc de Garabit, dans le Cantal. Tous sont des ponts de la fin du 19ème siècle, métalliques, à grande arche.".

La viaduc de Garabit, dans le Cantal, avec quatre autres ponts européens va candidater pour une reconnaissance au patrimoine  mondial de l'Unesco.
La viaduc de Garabit, dans le Cantal, avec quatre autres ponts européens va candidater pour une reconnaissance au patrimoine mondial de l'Unesco. © C.Genet/France 3 Auvergne

La démarche n'en est qu'à ses débuts. Il faudra encore plusieurs années avant d'obtenir cet éventuel classement.

En attendant, une association vient d'être créée pour porter le projet côté français. Elle regroupe les communautés de communes concernées dans le Tarn, l'Aveyron et le Cantal. Et font se réunir finalement Eiffel et Bodin. Le premier a construit le viaduc de Garabit, le second, celui du Viaur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture tourisme économie unesco