• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn : elle raconte sa bataille contre l'endométriose dans un livre

Edith a dû attendre l'âge de 23 ans, quand elle rencontrait des difficultés à avoir des enfants, avant d'être diagnostiquée. / © France 3 Tarn
Edith a dû attendre l'âge de 23 ans, quand elle rencontrait des difficultés à avoir des enfants, avant d'être diagnostiquée. / © France 3 Tarn

Dans Tout va bien, c'est dans ta tête ! la Tarnaise Edith Filliet-Hernandez raconte avec légèreté et sans complexes son combat quotidien contre l'endométriose, une maladie douloureuse qui touche environ 10% des femmes.

Par Amy Mcarthur

Son livre vient tout juste de sortir, mais Edith Filliet-Hernandez bataille depuis l'adolescence contre l'endométriose. Cette maladie inflammatoire chronique est extrêmement douleureuse, et peut être invalidante

"J'ai une endométriose profonde avec plein de symptômes différents," explique Edith depuis la maison familiale à Puygouzon, dans le Tarn. Au quotidien, ils varient : du premier pipi du matin difficile à l'hospitalisation, elle a tout vécu

Dans son livre sorti le 18 février dernier, elle raconte ce combat. Son titre, Tout va bien, c'est dans la tête ! évoque d'interminables visites chez le docteur, et la réalité à laquelle doivent faire face de très nombreuses femmes souffrant d'endométriose : la plupart du temps, on ne les croit pas, tout simplement

Le combat d'une Tarnaise contre l'endométriose raconté dans une livre
Edith Filliet-Hernandez, habitante de Puygouzon dans le Tarn, vient de publier un livre dans lequel elle raconte sa bataille contre l'endométriose, une maladie chronique inflammatoire qui affecte une femme sur dix.


Une maladie peu diagnostiquée 


En effet, une endométriose met en moyenne 7 ans avant d'être reconnue comme telle. Son diagnostic est complexe car la maladie revêt des formes variées. Il s'agit de la présence de muqueuse de l'utérus en dehors de la cavité utérine, qui suit le cycle menstruel. 

Les professionnels de santé auraient alors tendance à attribuer les symptômes à de simples règles douleureuses et non pas à la maladie. L'association Endofrance se bat pour la reconnaissance de l'endométriose, et organise la 15ème semaine européenne de prévention et d'information sur l'endométriose du 4 au 10 mars. 

 

Sur le même sujet

Lagune de Thau : les huîtres n'étaient pas contaminées à la salmonelle

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer