Tarn : les gilets jaunes bloquent l'autoroute A68 à Albi et Gaillac

Publié le Mis à jour le
Écrit par Vincent Albinet
L'A68 samedi matin au Séquestre (Tarn)
L'A68 samedi matin au Séquestre (Tarn) © Sylvain Duchampt

Environ 400 gilets jaunes bloquent depuis samedi matin l'autoroute A 68 à la sortie d'Albi tandis qu'à Gaillac, des palettes ont été déversées sur cette même autoroute.

Le mouvement des"gilets jaunes" contre la hausse des prix du carburant et la baisse du pouvoir d'achat se traduit dans le Tarn  par le blocage de l'autoroute A68.

Environ 400 personnes se sont installées à la sortie et à l'entrée du Sequestre de l'A68 qu'ils bloquent dans les 2 sens avec des camions, des voitures et des motos.

Des tables ont été installées et des victuailles déballées pour un siège que les "gilets jaunes" entendent maintenir toute la journée.

Côté Albi l'autoroute était entièrement bloquée tandis qu'un passage filtrant était installé côté Le Séquestre. 

Sur cette même A68, à Gaillac, trois camions ont par ailleurs déversé leur chargement de détritus, de terre et de morceaux de palettes interrompant du même coup la circulation. Les services de nettoiement de l'autoroute ont commencé à déblayer les voies.

Plus généralement, la mobilisation était considérée comme forte dans le Tarn. 2500 "gilets jaunes" manifestaient dans l'ensemble du département, selon la préfecture. A l'exception de l'action de Gaillac, tout se passait dans une ambiance "bon enfant" selon la gendarmerie.Dans la soirée, le préfet du Tarn a publié un communiqué appelant les manifestants "pour des raisons de sécurité des personnes et de sécurité routière(...) à cesser leurs opérations et leurs rassemblements sur la voie publique avant la tombée de la nuit".
Il en appelle" à la responsabilité de chacun pour éviter tout drame humain".
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.