• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tungstène : un permis déposé pour des recherches minières exclusives dans le Tarn

Le gisement de la Fumade dans le Tarn est évalué à 15000 tonnes de tungstène. / © Sylvain Duchampt
Le gisement de la Fumade dans le Tarn est évalué à 15000 tonnes de tungstène. / © Sylvain Duchampt

La société "Tungstène du Narbonnais", derrière laquelle se cache le groupe sud-agricain Raubex, a sollicité pour une période de 5 ans un permis exclusif de recherches de substances minières sur la commune de Fontrieu dans le Tarn. 

Par Amélie Poisson

La préfecture du Tarn fait savoir qu'une demande de permis exclusif de recherches de substances minières sur la commune de Fontrieu a été formulée par la société "Tungstène du Narbonnais". Cette société a été crée l'année dernière, "probablement en vue de porter le projet de permis de recherche" explique la Préfecture car derrière se trouve la société mère Raubex, un groupe sud africain spécialisé dans la construction, l'infrastructure, et la recherche de minéraux.
"C'est courant dans ce milieu de la mine, très concurrentiel, que les groupes avancent masqués" nous explique un connaisseur de ce secteur d'activité.
La demande de permis exclusif pour mener des recherches est parue aujourd'hui au journal officiel. Dès lors, d'eventuels concurrents ont 30 jours pour manifester leur intérêt. Après cette période de mise en concurrence, et en application du code minier, une instruction sera menée par le ministère de l'économie et des finances, sur une période de deux ans. Ce n'est qu'à l'issue de cette instruction que le permis de recherches sera délivré ou non.
 

L'historique du gisement

L'article paru au journal officiel mentionne le "permis de la Fabrié". Les coordonnées indiquées et le périmètre sollicité correspondent à un site anciennement connu sous le nom de la "Fumade". Ce dernier a été repéré de longues dates et ce n'est pas un hasard si une société d'exploitation minière s'y intéresse aujourd'hui.

En voici l'historique:
Dans les années 1960 déjà, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières, le service géologique national français) investigue cette partie là du département du Tarn mais dans une logique de connaissance du territoire français. Des traces de minerais sont découverts et recensés. 
Dans les années 1980, ce site fait de nouveau l'objet d'investigation mais cette fois à des fins lucratives. Les recherches sont menées par l'ancien groupe Elf Aquitaine. Il obtient l'autorisation d'exploitation mais ne l'utilise pas. En effet, au même moment, la Chine entre sur le marché du Tungstène et casse les prix. La production en France n'est plus rentable. 
En 2013, le BRGM rend un nouveau rapport dans lequel il estime le gisement tarnais à 15 000 tonnes de tungstène et le classe en catégorie 1. Il est désormais désigné comme prioritaire dans la stratégie minière française. Le marché réunirait aujourd'hui toutes les conditions à son exploitation.
Ce chiffre aujourd'hui n'est pas confirmé puisque aucune entreprise n'a mené de prospection depuis 30 ans mais ces données expliquent l'intérêt du groupe Sud Africain pour le Tarn. 


Qu'est ce que le Tungstène ?

C'est un métal lourd et très dur. Le Tungstène est utilisé dans la mécanique notamment pour les outils de coupe, les pastilles en « carbure » pour le tournage, le fraisage, les forets des perceuses. Cela représente 40% de sa production. On en trouve aussi dans les filaments des ampoules. La production mondiale est de l’ordre de 50 000 t/an, dont plus de 85 % en Chine. D’autres pays comme la Russie, l’Autriche et le Portugal et plus récemment le Pérou sont aussi producteurs. 
 

Les délais de l'instruction


La préfecture du Tarn insiste sur le fait qu'un permis de recherche ne signifie pas "permis d'exploiter". "En application du code minier, l’instruction de cette demande sera assurée par le ministère de l’économie et des finances" explique t-elle dans un communiqué, étude et enquête qui peuvent durer deux ans. D'ores et déjà, comme en Ariège pour la mine de Salau, une hypothétique exploitation minière fait débat et divise la population locale. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus