• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Cagnac-Les-Mines : armé d'une carabine, il accompagne sa fille à la maternelle

© Christophe Chassaigne - France 3 Tarn
© Christophe Chassaigne - France 3 Tarn

Un père de famille déposait son enfant à l'école avant de partir à la chasse, sa carabine en bandoulière. Il comparait ce vendredi devant le tribunal correctionnel pour "introduction d'une arme en milieu scolaire".

Par Christophe Chassaigne

"Maman, pourquoi il a un fusil le Monsieur ?" C'est cette question sibylline d'une enfant de 3 ans qui a alerté sa maman et une poignée de parents venus déposer leurs enfants devant l'école maternelle de Cagnac-Les-Mines (Tarn) ce mardi 8 septembre.

Le père d'une des jeunes élèves est en effet entré dans l'école avec une carabine en bandoulière. Aucune attitude menaçante de sa part, pas de panique non plus du côté des autres parents mais une légère inquiétude et une désapprobation aussitôt exprimée auprès du maire de la commune Robert Hernandez. Celui-ci résume la suite : "Nous connaissons cet homme et pensons qu'il n'a pas mesuré le malaise que pouvait provoquer son comportement. Aussitôt nous avons informé la directrice de l'école maternelle et la gendarmerie."

Après avoir recueilli les témoignages des personne présentes à l'entrée de l'école, les gendarmes ont donc interpellé cet homme bien connu de leurs services puisqu'il totalise une douzaine de condamnations devant différents tribunaux. Ce dernier a reconnu les faits et expliqué qu'il partait chasser avec un ami juste après avoir déposé sa fille à l'école, raison pour laquelle il était armé de sa carabine de chasse.

Mais estimant être inquiété sans motif et parlant d'acharnement policier, l'homme semble s'être quelque peu emporté lors de son audition. Il a notamment saccagé la cellule dans laquelle les gendarmes l'avaient placé pour qu'il retrouve son calme. Le tribunal correctionnel d'Albi l'a donc convoqué pour une "comparution immédiate" vendredi 11 septembre. L'homme d'une trentaine d'années sera jugé pour "introduction d'une arme en milieu scolaire" et "dégradation de bien public". Déjà sous le coup d'une condamnation avec sursis, il risque d'être emprisonné à l'issue de l'audience.

Sur le même sujet

L'administration pénitentiaire veut recruter : à quoi ressemble le quotidien d'un gardien de prison à Carcassonne ?

Les + Lus