• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“On a les moyens de s'en sortir” selon Pierre-Yves Revol, président du Castres Olympique

Pierre-Yves revol, président du Castres Olympique / © AFP
Pierre-Yves revol, président du Castres Olympique / © AFP

Reggiardo, Urios, le long chemin de croix pour éviter la Pro D2 : le président de Castres, Pierre-Yves Revol, se confie avant le déplacement à Oyonnax et assure que le CO, dernier du TOP 14, a "les moyens de s'en sortir".

Par VH / AFP / Propos recueillis par Mathieu GORSE

Q : Qu'est-ce qui vous a décidé à faire appel à Mauricio Reggiardo comme entraîneur jusqu'à la fin de la saison ?
R :
"J'ai ressenti une cassure après la défaite face à Toulouse (9-13 le 31 janvier). On est un peu en mode survie depuis. Le groupe était vraiment très abattu. On s'est dit qu'il ne fallait pas que la situation reste en l'état, qu'il fallait tenter de recréer une dynamique et je pense que Reggiardo a le bon profil pour ça. C'est quelqu'un qui a fait sa carrière au club, qui y est très attaché. Il a accepté le challenge et je pense que le groupe s'est resserré autour de lui. On va tout faire pour s'en sortir, on a les moyens de s'en sortir".

Q : Quid de Serge Milhas, remplacé par Reggiardo ?
R :
"Notre décision est plus liée à la volonté d'essayer de trouver une solution que d'accabler quelqu'un. Ce n'est pas le problème".

Q : Comment expliquer que rien ne sourit au CO cette saison après deux années au sommet ?
R :
"Après cinq saisons de phases finales, un titre puis une finale, on vit une saison très compliquée. Après la finale de l'an dernier et une fin de saison un
peu inespérée, on s'est peut-être bercé d'illusions et on a tous pensé qu'on allait encore créer une surprise et déjouer les pronostics. Et il y a pas mal de facteurs qui se sont conjugués : une reprise de saison assez tardive, un recrutement sans doute insuffisant pour pallier le départ de joueurs décisifs, beaucoup d'internationaux absents à certaines périodes, des blessés en cascade notamment en première ligne pendant toute la première partie de la saison..."


Q : Ce match contre Oyonnax, équipe de Christophe Urios qui entraînera le CO la saison prochaine, aura une saveur particulière, non ?
R
: "A Oyonnax comme ailleurs, on est au pied du mur. Donc pour nous, c'est un match comme les autres. On ne peut pas se payer le luxe de ne pas donner le maximum. Cela reste l'un des neuf matches au cours desquels nous devrons tout donner. Mais il s'annonce encore compliqué, ne serait-ce que parce que nous avons des joueurs clés indisponibles jusqu'à la fin de la saison : Richie Gray et Piula Faasalele, sans oublier Kockott qui s'est blessé... On continue avec notre lot de problèmes."

Q : Qu'est-ce que vous attendez d'Urios la saison prochaine ?
R :
"Je ne pouvais pas laisser passer l'opportunité de le faire revenir, c'est un garçon que je connais très bien, que j'ai recruté comme joueur, dont j'ai vu
la progression en tant que coach. Il me semble parfaitement profilé pour diriger sur le plan sportif un club comme le nôtre car il le connaît bien, car c'est un énorme travailleur plein d'humilité, avec beaucoup de caractère. On avait besoin à mon avis de se fixer de nouveaux horizons avec un garçon qui correspond parfaitement à l'image du club, à la culture du club et avec qui on va bâtir ou rebâtir selon la situation dans laquelle on sera à la fin de la saison".


Q : Justement, l'éventualité de la Pro D2 changerait quelque chose à l'engagement du groupe Pierre Fabre ?
R :
"Si jamais on était en Pro D2, l'objectif que nous aurions serait de regagner le Top 14. Maintenant, très honnêtement, chaque chose en son temps. Ce n'est pas encore un scénario que nous avons bâti. Nous restons dans une optique de maintien."

Q : Où en êtes-vous au niveau du recrutement ? Les noms d'Urdapilleta, de Tichit, de Masoe circulent...
R :
"Si nous nous maintenons en Top 14, notre recrutement est bien avancé mais dans l'hypothèse inverse il faudra qu'on se remette au travail car il y aura un certain nombre de dossiers qui devront être revus. Ces noms sont des hypothèses qui se concrétiseront ou pas en fonction de notre situation et des décisions des joueurs au moment opportun".


Sur le même sujet

Mobilisation à l'hôpital de Montpellier et Narbonne

Les + Lus