Dans le Tarn, un dimanche de mobilisation contre le projet de barrage de Sivens

Dans le Tarn, les travaux de déforestation ont commencé depuis plus de 10 jours à Lisle-sur-Tarn, sur le site du projet du barrage de Sivens. Ces travaux ne découragent pas les opposants. Ce dimanche, ils étaient environ 800 à se rassembler pour pique niquer et replanter symboliquement des arbres.

Des opposants au barrage de Sivens replantent des plants d'arbre pour symboliquement reboiser la zone humide
Des opposants au barrage de Sivens replantent des plants d'arbre pour symboliquement reboiser la zone humide © François Ollier
Dans le Tarn, quelques centaines de personnes se sont rassemblées dimanche contre le projet de barrage de Sivens et ont reboisé symboliquement une partie du chantier défriché.
Les manifestants sont pour la plupart venus en famille pique-niquer dans une prairie proche du chantier où le déboisement a débuté le 1er septembre et s'est récemment accéléré.

"C'est de la défense de l'écosystème humain, donc de l'intérêt général, qu'il s'agit", a estimé Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle de 2012, dans une lettre lue sur une tribune installée dans le champ. "L'humanité ne peut consommer plus de ressources que l'écosystème ne peut en reproduire sur la même période", a-t-il ajouté, disant soutenir "les citoyens, les paysans, les occupants de la zone forestière et les grévistes de la faim (qui) mettent en jeu leur santé et parfois leur vie pour enfin être entendus".

Quelques dizaines de personnes avaient amené des plants d'arbre afin de "symboliquement reboiser" la zone humide qui a déjà été en grande partie détruite, a expliqué Ben Lefetey, porte-parole du collectif Sauvegarde de la zone humide du Testet. Deux autres rassemblements avaient déjà récemment réuni jusqu'à un millier de manifestants sur le site.
En vidéo, le récit de ce dimanche de mobilisation avec François Ollier et Jean-Pierre Jauze :
durée de la vidéo: 01 min 59
Dans le Tarn, un dimanche de mobilisation contre le projet de barrage de Sivens
Les partisans du barrage, le conseil général du Tarn notamment, assurent qu'il est indispensable pour irriguer les terres agricoles alentour et qu'une autre zone humide sera recréée. Le coût du barrage-réservoir d'1,5 million de m3 d'eau stockée est estimé à 8,4 millions d'euros.

Ce lundi, la tribunal administratif de Toulouse (31) examinera le recours en référé des opposants au barrage de Sivens (Tarn). Les opposants ont saisi le tribunal administratif pour contester un arrêté pris par la préfecture en 2013 qui accordait une dérogation à l'entreprise de construction pour détruire l'habitat d'espèces protégées.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
barrage de sivens archives
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter