• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Enquête après l'intoxication d'une quarantaine de personnes dont des rugbymen dans le Tarn

© France 3
© France 3

L'agence régionale de santé (ARS) a ouvert une enquête après l'intoxication de joueurs et d'accompagnateurs des clubs de rugby de l'Aviron Castrais et l'Usam à Aussillon. Une salmonelle serait en cause. 

Par AFP

Une quarantaine de personnes, dont plusieurs rugbymen amateurs, ont été intoxiquées apparemment par la salmonelle après un match entre l'Aviron castrais et l'Usam à Aussillon (Tarn), provoquant le report d'un autre match, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Mercredi, les causes de cette intoxication n'étaient toujours pas connues. Plusieurs joueurs sont passés par l'hôpital mais l'un d'entre eux y est resté quelques jours jusqu'à vendredi dernier, a indiqué le président de l'Aviron castrais Louis Tignères.

Le match s'était déroulé le 27 septembre. Certains s'étaient désaltérés avec l'eau du stade, d'autres l'avaient noyée dans leur pastis. Les joueurs et leur encadrement avaient ensuite partagé un repas commun gagnants et perdants (Aviron castrais 23 et Usam -Union sportive Aussillon-Mazamet- 22).

Le malaise a commencé le lendemain après-midi pour 29 personnes rattachées à l'Usam. Certains ont eu "juste des nausées", a décrit le président David Cauquil, d'autres "des pertes de poids" mais "maintenant ça va mieux".

Du côté de l'Aviron castrais, les mêmes symptômes sont apparus, "vomissements, diarrhées, fièvre, courbatures", selon M. Tignères provoquant un passage à l'hôpital pour ses joueurs, avec une hospitalisation.

L'Agence régionale de santé (ARS) qui a ouvert une enquête, a fait état de premiers résultats mettant "en évidence la présence d'une bactérie de type salmonelle". Des analyses complémentaires étaient en cours à Paris à l'Institut Pasteur.

Mais les causes de cette intoxication restent inconnues. "On ne sait pas d'où ça vient", a confié David Cauquil. "Pour l'instant, on ne sait pas trop, on attend les informations de l'ARS", renchérit Louis Tignères.

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus