Rory Kockott reste à Castres

Rory Kockott / © IAN MACNICOL / AFP
Rory Kockott / © IAN MACNICOL / AFP

Le demi de mêlée Rory Kockott annonce sa volonté de rester au Castres Olympique, en dépit d'un pré-contrat signé avec Toulon. Rory Kockott met en avant des arguments personnels et familiaux. 

Par M.M. (avec AFP)

Une décision difficile

Le demi de mêlée Rory Kockott a exprimé sa volonté de rester à Castres dans un documentaire diffusé samedi sur Canal+, en dépit d'un pré-contrat signé
avec Toulon.
"Finalement, j'ai décidé de rester à Castres", affirme le Sud-Africain de 27 ans au micro de l'émission Intérieur Sport.

C'est toujours agréable d'avoir plusieurs propositions et je ressens beaucoup de gratitude pour cela. J'ai pensé qu'une était meilleure que l'autre.


"C'est une décision qui bénéficiera à moi et à ma famille", poursuit Rory Kockott, élu meilleur joueur du Top 14 la saison passée après avoir porté son
club au titre de champion de France... face à Toulon (19-14).
"C'est une décision dure, beaucoup de gens ne veulent pas comprendre. C'est une décision personnelle, on a tous une vie, on a tous un avenir. Ce sont les choses (sic) du rugby professionnel, du sport professionnel", a-t-il ajouté peu après sur Canal+ à la fin du match de la 19e journée de Top 14 perdu (19-13) à Toulon.

Sifflé à Toulon

Lors de cette rencontre, le Sud-Africain a été copieusement sifflé par le public du stade Mayol, notamment lors de ses tentatives de tirs au but.
Le destin sportif de Rory Kockott (1,80 m, 92 kg), réputé pour son stakhanovisme, alimente la chronique depuis de longs mois. Le meilleur réalisateur du Top 14 la saison dernière a paraphé un pré-contrat avec Toulon en octobre 2013 pour une durée de trois ans mais son départ n'a jamais été officialisé par l'une ou l'autre des parties.
Au contraire, le silence persistant du joueur a alimenté les spéculations et fait croire à un possible revirement de situation. Interrogé mercredi par l'AFP, le
président du CO Pierre-Yves Revol avait déclaré que le dossier était "traité en toute sérénité" et que les parties se rencontreraient dans "un avenir proche".

Négociations en cours

Samedi, au micro de Canal + en marge de la rencontre Toulon-Castres à Mayol, M. Revol a précisé qu' "à ce jour, il n'y a rien d'officiel", le noeud des négociations restant l'indemnité prévue dans la clause de dédit, de l'ordre de 300.000 à 400.000 euros selon les estimations.
"Les accords ne sont pas concrétisés, a poursuivi M. Revol. Néanmoins, Rory depuis plusieurs mois nous fait part de son intention de rester. Il a fait beaucoup d'effort en ce sens, y compris des sacrifices financiers. Les conditions semblent réunies pour qu'il reste, dès lors qu'avec mon homologue toulonnais (Mourad Boudjellal) nous avons pu discuter et trouver un accord de principe."
"Ca devrait se concrétiser dans les prochains jours", a conclu M. Revol.
Mourad Boudjellal a, lui, plaisanté sur les bénéfices financiers pour son club qui empocherait donc une indemnité importante.
"Ca me rappelle les belles années quand j'allais jouer au (casino) César Palace à Las Vegas, a souligné le président toulonnais. Mais je n'ai jamais réussi à gagner autant."

Sur le même sujet

Les + Lus