Tarn. Des riverains exposés à un pesticide interdit depuis 2003, selon une étude

Publié le
Écrit par Marchand Adrien
Des Tarnais ont retrouvé des pesticides d'épandages dans leur propriété situées à plusieurs centaines de mètres d'un verger.
Des Tarnais ont retrouvé des pesticides d'épandages dans leur propriété situées à plusieurs centaines de mètres d'un verger. © Collection Watier - Maxppp

Selon une étude de Générations Futures, des Tarnais ont été exposés à des pesticides, dont l'un est interdit depuis 2003, alors que les zones cultivées étaient situées à plusieurs centaines de mètres de leurs habitations.

"Les vergers (de Fontorbe) se trouvent à plus de 800 mètres de mon habitation, mais on ressent les épandages des pesticides", regrette Florence Millet, habitante d'Ambres (Tarn), près de Lavaur. Avec un autre riverain, ils ont récemment appris, grâce à leur participation à une étude de Générations Futures, qu'ils étaient exposés à des pesticides : un fongicide et un désherbant, interdit en France depuis 2003 et cousin du glyphosate.

Pour réaliser cette étude, Générations Futures a "choisi une liste réduite de 30 pesticides autorisés uniquement pour des usages agricoles [...] parmi les plus utilisés en France". Les deux Tarnais et les autres participants ont relevé les particules présentes sur leurs vitres avec des lingettes, et rempli des questionnaires sur les cultures environnantes et les distances qui les séparent de leurs domiciles testés. Les 58 échantillons prélevés ont ensuite été envoyés au laboratoire Yootest, qui les a analysés.

"Des résultats obtenus qui demanderaient à être confirmés sur un grand nombre"

Générations Futures

Même si Générations Futures précise que les "résultats obtenus sur un nombre limités d’échantillons demanderaient à être confirmés sur un plus grand nombre de prélèvements", l'organisme a pu dégager une tendance qui montre que l'exposition moyenne aux résidus de pesticides "semble assez comparable dans notre échantillonnage dans les zones 0 à 20 mètres des cultures et 21 à 100m des cultures. On ne trouve des chiffres significativement plus bas que pour les prélèvements réalisés au-delà des 100m des cultures".

Des observations suffisantes pour le porte-parole de Générations Futures, François Veillerette, qui demande de "réécrire partiellement les textes sur l’utilisation des pesticides suite au récent jugement du Conseil d’Etat, de prendre en compte cette situation afin de renforcer les distances trop faibles actuellement en place."

Florence Millet, participante à l'expérimentation, a été "très surprise et très inquiète (à la suite des résultats) de retrouver le métolachlore sur sa vitre", qui est un désherbant issu de la même famille que le glyphosate et interdit en France depuis 2003. Elle ajoute que cette présence "n'est pas forcément liée à la culture des vergers" et peut être issue de grandes cultures comme celle du maïs.

Du côté du verger de Fontorbe, Lucas Grosnier, directeur du domaine qui "partage ces préoccupations", dit respecter les réglementations, tester régulièrement les produits "pour la sécurité du personnel, du produit, du consommateur et des riverains".

L'arboriculteur se réjouit que des personnes s'intéressent au sujet des pesticides et estime ne pas avoir la capacité à lui-seul d'apporter des réponses. Il appelle à travailler tous ensemble dans la même direction. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.