• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Top 14. Castres enfonce un peu plus Perpignan: “On est dans la merde”

Castres s'est imposé à Perpignan (16-12) infligeant au passage sa dixième défaite en autant de matches au dernier champion de France de Pro D2, samedi pour le compte de la 10e journée de Top 14. / © Raymond ROIG / AFP
Castres s'est imposé à Perpignan (16-12) infligeant au passage sa dixième défaite en autant de matches au dernier champion de France de Pro D2, samedi pour le compte de la 10e journée de Top 14. / © Raymond ROIG / AFP

Castres s'est imposé à Perpignan (16-12) infligeant au passage sa dixième défaite en autant de matches au dernier champion de France de Pro D2, samedi pour le compte de la 10e journée de Top 14.
 

Par OLC avec l'AFP

Dix défaites dont cinq à domicile: les Catalans n'y arrivent décidément pas et la lanterne rouge du championnat compte toujours neuf points de retard sur Agen, treizième et virtuel barragiste.
 


C'est en revanche une belle opération pour Castres qui s'impose pour la troisième fois en six déplacements et s'empare provisoirement de la quatrième place en attendant les rencontres de dimanche.

L'annonce officielle, en début de semaine, du départ de leur manager Christophe Urios n'a visiblement pas décontenancé le dernier champion de France plus puissant en mêlée, plus lucide au pied, imperturbable en défense et qui au final n'a jamais été en danger.


 

Les réactions :

Benjamin Urdapilleta (ouvreur de Castres):
"C'était un match compliqué, un match de reprise avec beaucoup de fautes. On était venus ici pour remporter les quatre points, c'est le plus important. Rien n'a été facile. On a été efficaces en première mi-temps et, en deuxième, ce n'était pas du beau rugby, mais seule la  victoire compte. Personnellement, ça faisait deux mois que je n'avais pas joué, je me suis senti un peu fatigué mais on est tous contents d'avoir gagné". 

Karl Chateau (troisième ligne de Perpignan):
"On est dans la merde. On court toujours après cette victoire. Il faudra se racheter dimanche prochain face à Bordeaux-Bègles. On n'a plus le choix et il ne faut surtout pas se désunir dans l'avenir. Ce soir (samedi, NDLR), il y a eu pas mal de situations intéressantes, mais on n'a pas su les saisir. Ce fut un match compliqué, fermé, avec des opportunités que l'on n'a pas su conclure. Encore une fois"
 

Sur le même sujet

Blaquart (Nîmes olympique) et le bâton de bourbotte

Les + Lus