• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le torero Juan Bautista crée un nouvel élevage de toros de combat

Deux jours après l'avoir gracié, Juan Bautista était allé rendre visite à Golosino. Bientôt, Golosino arrivera à La Chassagne; il sera un des étalons du nouvel élevage de Juan Bautista… / © JJ
Deux jours après l'avoir gracié, Juan Bautista était allé rendre visite à Golosino. Bientôt, Golosino arrivera à La Chassagne; il sera un des étalons du nouvel élevage de Juan Bautista… / © JJ

6 ans après avoir gracié le toro "Golosino" de "La Quinta" au terme d'une faena mémorable à Istres, Juan Bautista a acheté un lot de vaches de ce fer. Le nouvel élevage qu'il va créer sera installé à La Chassagne et s'appelera en toute logique "La Golosina"…

Par Joël Jacobi

Dans sa longue carrière, Juan Bautista a connu de nombreux succès avec la ganadería la Quinta de race Santa Coloma. Les charges douces de ces toros au poil gris peuvent mettre dans l'embarras nombre de toreros, mais conviennent parfaitement à la technique sans faille du torero arlésien. 
C'est à Istres, le 15 juin 2013, lors d'un "seul contre six" que Juan Bautista a rencontré Golosino, peut-être le meilleur La Quinta de sa carrière. Nous avions filmé la faena pour Signes du toro et nous avions assisté aux retrouvailles des deux protagonistes le surlendemain.
Voici, sans le commentaire de l'époque, le reportage que nous avions diffusé…

 
JB & Golosino


Communique officiel de l'administration de Juan Bautista.

Le matador et empresario a acquis des vaches de La Quinta et forme ainsi en France un nouveau fer qui résidera sur la propriété familiale de La Chassagne.

Juan Bautista a créé en France un nouvel élevage : La Golosina. Ce nouveau fer est composé initialement de 16 vaches approuvées à l'automne dernier dans l'élevage de La Quinta et couvertes par les meilleurs reproducteurs de la famille Martínez Conradi.
 
Les animaux sont arrivés ce jeudi à La Chassagne, propriété de la famille Jalabert. De cette manière, Juan Bautista commence une nouvelle étape en solitaire en tant qu'éleveur. L'hiver prochain, un second lot formé d'une vingtaine de vaches viendra s'ajouter à celui-là.
 
Le nouvel élevage doit son nom au toro Golosino de La Quinta, qui fut gracié par Juan Bautista dans les Arènes d'Istres en 2013. Ce toro Golosino sera le prochain reproducteur du nouveau fer et arrivera en France avec le second lot de vaches. La devise est bleu et jaune, couleurs du drapeau d'Arles.
 
De ce fait, La Golosina devient le fleuron de l'encaste Santa Coloma en France, ce qui motive autant Juan Bautista que la famille Martínez Conradi qui a accepté de manière exceptionnelle cette vente par rapport à l'importance que revêt la présence de cette origine et de La Quinta sur le territoire français.
 
Le pari de Juan Bautista, sur l'origine la plus pure et de plus grand prestige de l'encaste Santa Coloma, sera le lien entre le torero et cet encaste face auquel il a obtenu de nombreux triomphes tout au long de sa carrière, notamment la queue coupée à Mont de Marsan à un toro de La Quinta en juillet 2017, 47 ans après le dernier qui y fut octroyé, ou les deux oreilles coupées à un autre exemplaire du même fer à Nîmes lors de sa corrida en solitaire en juin 2016.

Ce nouvel élevage rejoindra prochainement l'Association des Eleveurs Français de Toros de Combat.
En parallèle, et de manière totalement indépendante, Juan Bautista continuera avec son oncle Marc et toute la famille à la tête des élevages Jalabert Frères et Laget d'origine Domecq, dont ils récoltent les très bons résultats ces dernières années, avec notamment la bonne novillade combattue à Istres il y a de cela quelques jours.
 
 

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus