Toulouse : les agents sont à cran à l'école des Amidonniers

À l'école des Amidonniers de Toulouse, se déroule actuellement un mouvement de grève qui a débuté avant les vacances de la Toussaint et qui se poursuit à peine les enfants ont repris leur cartable. En cause ?  Le non remplacement des postes d'Agents spécialisés dans les écoles maternelles (ATSEM). 

Une grève des agents territoriaux spécialisés en écoles maternelles (ATSEM) et personnels des Centres de loisirs associés aux écoles (CLAE) a lieu du lundi 2 jusqu'à vendredi 6 novembre à l'école des Amidonniers à Toulouse. La cantine ne sera pas assurée cette semaine.

"Les budgets ne sont pas extensibles, il faut faire des choix et ça ne plaît pas à tout le monde", affirme-t-on, du côté de la Mairie de Toulouse.

"C’est bien contre l’absence de remplacement des ATSEM et personnel CLAE  qu'ils protestent par cette grève", affirme Anne-Marie Le Franc déléguée éducation à la CGT.

"On le savait, le mouvement de grève a commencé avant les vacances de la Toussaint et après les vacances, ça recommence", souligne le directeur de l'école des Amidonniers.


"Plus d'économie, moins de sécurité"

C'est bel et bien une bataille que se livrent la mairie et l'école des Amidonniers, et plus généralement, les écoles maternelles de Toulouse. "Avant, il y avait plus d'agents par classe pour accompagner les enseignants, mais la mairie a décidé de ne plus les remplacer en grande section", souligne la direction du CLAE.

Cette problématique que soulève cette grève est récurrente puisque en janvier 2013 déjà, le syndicat Sud avait appelé à la grève pour demander des postes supplémentaires. 

L’ATSEM accompagne l’instituteur au quotidien. Son rôle consiste à accueillir les enfants, à participer aux activités organisées pendant la journée, à veiller à leur hygiène. De ce fait, l’ATSEM contribue à la préparation et la mise en état de propreté des locaux et du matériel servant directement aux enfants.

"S'ils sont en grève, c'est aussi parce qu'ils sont inquiets. Moins d'agents, c'est évidemment moins de sécurité pour les enfants."

pointe le Syndicat Sud.

Si la tension est plus que palpable depuis quelques semaines, Henri de Lagoutine, le conseiller municipal délégué en charge du personnel territorial affirme que des "recrutements sont en cours". 72 postes d'ATSEM et agents techniques, ainsi que 42 postes de puéricultrices et éducateurs sont en cours de création dans la ville de Toulouse.
"Dans la réalité peu de postes vont être créés. Ce sont des effets d'annonces venant de la mairie", assure Elisa Rives, représentante du Syndicat Sud.

Quoi qu'il en soit, des perturbations sont à prévoir à la cantine de l'école maternelle des Amidonniers toute la semaine. Les enfants ne pourront être accueillis par le CLAE en période périscolaire que dans la limite du personnel disponible.