• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A Toulouse, le secteur du déménagement manque de bras... pas forcément gros !

Sur les vitrines des agences d'intérim toulousaines, les propositions de missions de déménageur se multiplient. / © FTV
Sur les vitrines des agences d'intérim toulousaines, les propositions de missions de déménageur se multiplient. / © FTV

La démographie de la ville de Toulouse ne cesse de croître. Chaque année, il y a en moyenne 13 100 nouveaux habitants. Et ces arrivants débarquent souvent en été. C'est donc la saison haute pour les entreprises de déménagement ... qui peinent à recruter.

Par Karen Cassuto

Le secteur de la logistique et plus précisément du déménagement est en pleine croissance. Les entreprises fleurissent, et grandissent depuis 2015. La demande est forte parce que la société le veut : il y a de plus en plus de mobilité. Mais pour répondre à cette demande, peu de volontaires. Plus précisément : le métier de déménageur n'attire plus.

Demeco fait partie des 118 entreprises de déménagement de la région Occitanie. A elle seule, elle recherche constamment une cinquantaine de chauffeurs déménageurs. La région comptait 803 déménageurs professionnels au 1er janvier 2018, un chiffre qui ne cesse d'augmenter.


Idées reçues sur le métier de déménageur


Si le secteur du déménagement ne connait pas de crise dans le sens où il propose toujours plus de postes, il a, au contraire, du mal à trouver des candidats volontaires pour devenir déménageur. Pour le directeur de l'agence toulousaine Demeco, il y a plusieurs raisons à ce phénomène.

Parmi elles, les jeunes, qui auraient une idée faussée de la profession. 
 

Il ne faut pas forcément des gros bras pour être déménageur. En fait, c'est surtout beaucoup de technique.


Emploi saisonnier


L'été est la période de l'année la plus active pour les déménageurs. Les clients s'installent dans leur nouvelle ville entre juin et septembre, juste avant la rentrée des classes. Les entreprises de déménagement tentent donc d'embaucher des saisonniers, mais peinent à en trouver. 20% des saisonniers sont recrutés grâce à des agences d'intérim. Pour la grande majorité, c'est du bouche à oreille.

Chez Demeco, pour ce mois d'août, sur 70 travailleurs, la moitié sont des professionnels en CDI (contrat à durée indéterminée) et l'autre moitié sont des CDD (contrat à durée déterminée); présents seulement pour l'été.

Mais les volontaires sont peu de nombreux, surtout avec la chaleur estivale.
 

Rémunération et évolution


Les saisonniers sont généralement des étudiants qui enfilent la tenue de déménageur pour une courte voire très courte durée. Ils sont payés au SMIC et bénéficient de primes, repas et autres avantages selon les entreprises.  

Quant aux déménageurs professionnels, leur salaire peut grimper jusqu'à 2 500 euros avec les primes. Surtout, aucun diplôme n'est nécessaire pour devenir déménageur. Ce sont les entreprises qui forment les employés. Et la possibilité d'évolution est considérable puisqu'un déménageur peut devenir contremaître et même directeur d'agence, ou d'entreprise.
 
Reportage de Karen Cassuto et Lorenza Pensa, avec une équipe de déménageurs toulousains composée d'un professionnel, et trois étudiants saisonniers.

A lire aussi

Sur le même sujet

Pyrénées-Orientales : des passionnés mettent 9 ans pour construire un bateau à vapeur

Les + Lus