Vacances d'été en Lozère : découverte des Gorges du Tarn

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver
Lozère - Le chaos du Pas-de-Soucy est l'un des plus beaux endroits des gorges du Tarn mais aussi le plus dangereux - 2021.
Lozère - Le chaos du Pas-de-Soucy est l'un des plus beaux endroits des gorges du Tarn mais aussi le plus dangereux - 2021. © Yannick Le Teurnier/FTV

Né sur le Mont-Lozère, la rivière Tarn traverse tout le sud du département d'Est en Ouest créant sur son passage de spectaculaires paysages comme les Gorges du Tarn. Découverte aquatique... en progressant vers l'Aveyron.

Depuis plus de 20 millions d’années, le Tarn creuse son lit dans le sol calcaire de la Lozère. Au point de créer des baumes, des défilés, des falaises de 500 mètres de haut. Un ensemble de merveilles géologiques sur 53 kilomètres, appelées aujourd’hui les Gorges du Tarn.

Les bateliers de la Malène, une histoire familiale

A la belle saison, la rivière se fait peu profonde. Difficile alors d’y circuler, mais les habitants ont depuis toujours la solution : de longues barques plates et des bateliers armés d’une perche pour les diriger. 

Thomas Persegol est né dans ces gorges, comme son père avant lui, il descend chaque jour la rivière chargé de vacanciers. “On a un beau bureau”, se réjouit le jeune batelier. “Et puis j’aime le contact avec la nature, le cadre et le contact avec les clients est agréable : ce sont des gens qui sont là en vacances, on peut partager avec eux notre amour pour le coin”.

Tant qu'il n’y avait pas de route, les bateliers étaient partout dans les Gorges du Tarn et puis tout ça s’est arrêté dans les autres villages mais ça a perduré à La Malène certainement parce que La Malène était le point de départ de la plus belle partie de la rivière.

Eric Persegol, Ancien batelier

Longtemps, la tradition s’est transmise de père en fils. A l’époque où la route n’existait pas, les bateliers permettait le transport des personnes, des marchandises et des bêtes le long du Tarn. Depuis 150 ans, les touristes ont remplacé le bétail, le village de La Malène est devenu la capitale des bateliers.

“La Malène, ça a toujours été connu pour les bateliers. Ca ne veut pas dire qu’il y a toujours eu des bateliers uniquement. Mais La Malène était le point de départ de la plus belle partie de la rivière et la tradition de batellerie est restée forte et bien ancrée dans le village”, raconte Eric Persegol, batelier à la retraite et père de Thomas. 

La Croze, un hameau coupé du monde

Au fil de l’eau, il suffit parfois de lever un peu la tête pour surprendre des indices de vie cachée comme un petit téléphérique suspendu entre deux rives. Il sert à transporter les courses et les bagages au hameau de la Croze. Situé sur la rive gauche, il est inaccessible par la route et entièrement privé.

“Un homme originaire de Millau est tombé amoureux de l’endroit”, relate Gilles Fages, le gardien des lieux. “Il a racheté les maisons les unes après les autres et les a entièrement restaurées. Aujourd’hui, ce sont les héritiers qui en profitent, c’est devenu leur village de vacances. Ils viennent à 25-30 personnes en juillet et en août.”

Le village est entièrement composé de maisons de pierres aux toits de lauzes, typique de la région. C’est-à-dire des pierres calcaires taillées et posées sur des voûtes elles aussi en pierres. Le hameau n’est ouvert au public qu’une fois dans l’année, à l’occasion des journées du patrimoine. 

Le Pas-de-Soucy, les pieds dans l’eau

Au cœur de la saison touristique, les Gorges du Tarn sont parfois victimes de leur succès. Chaque jour, des milliers de canoës et de randonneurs aquatiques descendent les gorges jusqu’au Pas-de-Soucy. Un site aussi majestueux que dangereux aux confins de la Lozère et de l'Aveyron.

Mais ce chaos rocheux peut aussi se visiter les pieds dans l’eau avec un encadrement adéquat. La randonnée aquatique est une formule de canyoning en version familiale, 3 heures de balades au cours desquelles les plus intrépides pourront traverser des siphons, se laisser porter par des rapides ou sauter depuis les falaises.

“C’est énorme ! C’est la première fois que je saute de si haut, c’est impressionnant, c’est de l'adrénaline mais c’est bien, c’est fort !” réagit un vacancier venu d’Angers avec sa femme qui elle s’émerveille du paysage : “le lieu est vraiment très beau ! Si je le compare aux Gorges du Verdon, je préfère celui-ci. J’aime les obstacles sur le parcours, l’eau est transparente ! C’est vraiment magnifique !”.

Le chaos du Pas-de-Soucy est interdit à la baignade et à la navigation, le courant y est trop important.

Descente en paddle sous les étoiles 

Pour percer les secrets les mieux gardés des Gorges, mieux vaut attendre la fin du jour… et avoir quelques notions d’équilibre. Car la balade se fait en paddle sur une dizaine de kilomètres. Au programme : quelques rapides, mais aussi et surtout la découverte d’un paysage qui se métamorphose avec le coucher du soleil.

Touristes et canoës désertent les lieux, et les animaux nocturnes font leur apparition, pour le plus grand bonheur des aventuriers : “C’est original, on a les pagaies qui s’éclairent. On attend la tombée de la nuit, on espère voir des castors”, confie l’un d’eux. “C’est paisible, on entend l’eau qui coule. Ca en journée, on ne l’entendra pas parce qu’il y a beaucoup plus de cohue”, confie un batelier qui tente l’expérience pour la première fois avec sa compagne : “On entend tous les bruits de la nature, c’est vraiment que nous et le silence autour… On s’en souvient”, précise-t-elle.

Les balades sont organisées tout l’été.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.