• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Voici Signes du toro l'Actu, n° 4

Emilio de Justo : il y a deux ans, il était célèbre… dans son village. Il est maintenant un des toreros les plus demandés dans les arènes du sud-ouest! / © SDT / MD
Emilio de Justo : il y a deux ans, il était célèbre… dans son village. Il est maintenant un des toreros les plus demandés dans les arènes du sud-ouest! / © SDT / MD

Emilio de Justo, Rafael El Gallo et… Charlotte Yonnet sont à l'affiche cette semaine de Signes du toro l'actu n° 4.

Par Joël Jacobi

C'est une de ces histoires (vraies) dont les amateurs de tauromachies raffolent : comment Emilio de Justo est passé de l'anonymat à la gloire en un rien de temps.
Originaire d'un patelin d'Extremadura, tout proche de la propriété de Victorino Martín, Emilio a eu un début de parcours comparable à ceux de mille et un toreros. Mais après une alternative souriante à Cáceres, la feria de San Isidro 2010 s'avère catastrophique : 3 avis et le toro de Los Bayones rentré vivant au toril! Pour faire bonne mesure, le torero se fâche avec le gérant des arènes de Madrid : le voilà blacklisté dans pratiquement toutes les plaza de toros du pays.
Il continue consciencieusement de s'entraîner, mais à part dans les villages de son canton il ne torée nulle part.
C'est l'ex-torero français Ludovic Lelong "Luisito" qui relance sa carrière en lui décrochant un contrat en juillet 2016 à Orthez. Emilio coupe les oreilles. Et à partir de cette date, les contrats commencent à arriver, d'abord dans les arènes du sud-ouest.
Le vendredi 20 juillet dernier à Mont de Marsan, Emilio de Justo a eu la chance de rencontrer Peluquero, un excellent toro de La Quinta. Sa faena est la meilleure de la la feria de La Madeleine…


 
SDT Actus n° 4

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus