Voile et patrimoine : de l’Aude aux Pyrénées-Orientales, découvrez la nouvelle vie de la goélette Miguel Caldentey

Plus de cent ans après sa première mise à l'eau et une histoire mouvementée, la goélette Miguel Caldentey s'apprête à débuter sa nouvelle vie. Le bateau, classé monument historique, a rejoint Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales pour une seconde phase de restauration. Découverte.
La célèbre goélette Miguel Caldentey est en restauration depuis des années dans la région. A Gruissan, dans l'Aude et désormais à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales.
La célèbre goélette Miguel Caldentey est en restauration depuis des années dans la région. A Gruissan, dans l'Aude et désormais à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales. © F. Savineau / FTV.
C’est un petit évènement qui s’est déroulé autour de la goélette Miguel Caldentey. A 114 ans, ce bateau classé monument historique a quitté le port de Gruissan, dans l’Aude, pour rejoindre son nouveau port d’attache à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales.

Une longue histoire

Baptisée Miguel Caldentey, le nom de son premier propriétaire, la goélette catalane, autrement appelée "pailebot", a été mise à l’eau pour la première fois en 1916 et assurait le transport des agrumes, des céréales et des bois sur les côtes méditerranéennes.

Après de longues années de service, la goélette fut classée monument historique, avant d’essuyer des tempêtes puis un abandon progressif qui durera trois décennies. C’est en 2005 que sera entrepris un projet de récupération de sauvegarde de ce monument. D’ailleurs, c’est à Port-Vendres que s’achèvera la restauration de la célèbre goélette catalane.

Nos journalistes ont rencontré Yann Pajot, un charpentier de marine. Depuis 11 ans, il répare les blessures du Miguel Caldentey et le voit partir, avec le sourire.

Je rends les clefs !

"C’est glorifiant. Le bateau repart dans soin port d’attache, c’est un aboutissement."

Le bateau, classé monument historique, a été restauré à l’identique, selon le professionnel, "avec les mêmes matériaux, les mêmes quincailleries".

Un transfert délicat

Pour le moment, la goélette n’a ni voile, ni moteur. Pour aller du port de Gruissan à celui de Port-Vendres, elle doit être tractée et la SNSM se charge de cette mission. Une mission délicate quand on sait que le bateau fait 30 mètres de long.
Entre Gruissan, dans l'Aude et Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales, la traversée aura duré près de 6 heures. / 30 mai 2020.
Entre Gruissan, dans l'Aude et Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales, la traversée aura duré près de 6 heures. / 30 mai 2020. © F. Savineau / FTV

"Nous sommes habitués à avoir de belles unités, mais là, c’est particulier", confie Marc Cassou, le président de la SNSM de Port-Vendres. Malgré une mer agitée et du vent, la traversée s'est déroulée sans le moindre accroc. 

Place à la deuxième phase de la restauration

Après six heures de traversée, la goélette arrive à Port-Vendres, où un nouveau chantier l’attend. "Aujourd’hui, il n’y a que la coque. Il va falloir l’équiper de ses mâts, de ses voiles, de ses moteurs pour qu’il puisse naviguer en toute autonomie" affirme Samuel Villevieille, chargé de mission maritime au conseil départemental des Pyrénées-Orientales. La restauration aura lieu grâce, une fois de plus, à un chantier d'insertion. 

D’ici quelques années, la goélette devrait retrouver sa vocation première : le fret de produits régionaux à travers la Méditerranée. Une nouvelle vie attend le Miguel Caldentey, plus de cent ans après sa naissance…



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
méditerranée mer nature transports maritimes économie transports culture artisanat