• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Vote dans le calme à la mosquée de Lunel

L'entrée de la mosquée de Lunel / © F3 LR
L'entrée de la mosquée de Lunel / © F3 LR

Après le report du scrutin lié à des incidents, dimanche dernier, les opérations de vote ont redémarré, ce 1er novembre, à la mosquée de Lunel. Il s'agit d'élire un nouveau président à la suite de la démission du sortant et de l'imam, menacé par certains fidèles qui le jugeaient trop modéré.

Par Valérie Luxey

Selon nos reporters sur place, les opérations de vote se déroulent dans le calme, depuis 15 heures 30, à la mosquée de Lunel. Un scrutin marqué par une faible affluence. Il s'agit d'élire un nouveau président, après la démission du sortant et de l'imam, menacé par certains fidèles qui le reprochaient ses prêches anti-djihad. A la suite de ces menaces, l'imam avait porté plainte et deux jeunes fidèles avaient été condamnés.

Un seul candidat en lice

Dimanche dernier, l'élection avait été interrompue après que des heurts aient éclaté aux abords de la mosquée. Un seul candidat brigue la succession de l'équipe démissionnaire. Il s'agit de Benaïssa Abdelkaoui, chauffeur routier chez Boniface. Le nouveau conseil d'administration devra ensuite procéder à la nomination d'un nouvel imam.

3 imams démissionnaires dans l'Hérault

Depuis deux ans, la mosquée de Lunel est dans la tourmente après le départ en Syrie et en Irak d'une vingtaine de jeunes du canton, partis faire le djihad. 7 d'entre eux y ont trouvé la mort. A la fin de l'été, c'est un autre imam emblématique de la région, Farid Darouf, qui renonçait lui aussi à exercer à la grande mosquée de la Paillade, à Montpellier, en raison là aussi de menaces. Il a, depuis, déménagé dans l'est de la France. Un autre imam de ce même quartier a lui aussi rendu son mandat cette année.

A lire aussi

Sur le même sujet

Perpignan : le ministre de la Culture en visite au festival Visa pour l'image

Les + Lus