• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

XV de France : le colossal défi de Guy Novès

Guy Novès, une destinée qui impose le respect... / © Nicolas Tucat/AFP
Guy Novès, une destinée qui impose le respect... / © Nicolas Tucat/AFP

A l'exception de quelques cadres qui tireront leur révérence internationale, le prochain sélectionneur Guy Novès pourra s'appuyer sur une large ossature du XV de France humilié samedi soir en quart de finale de la Coupe du monde par les All Blacks (13-62).

Par AFP

C'est un colossal défi qui attend Novès, qui prendra ses fonctions le 1er novembre : rebâtir une équipe sur des cendres en vue de la Coupe du monde 2019.
Mais avant le Japon se profile dès le mois de février le Tournoi des six nations, que la France n'a plus remporté depuis 2010. Avec quels hommes? Sans, en tout cas, Pascal Papé ni Frédéric Michalak, qui ohttps://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/guy-noves-la-rage-de-vaincre-736007.htmlnt confirmé au Millennium leur retraite internationale. "Mon corps ne suit plus", a expliqué, triste, l'ouvreur sorti blessé dès la 11ème minute samedi.

Nicolas Mas raccrochera aussi les crampons bleus. Quid du capitaine Thierry Dusautoir ? Après le match, il a évacué la question de son avenir international, indiquant qu'il aurait "le temps de penser à tout ça après".
Novès, qui l'a entraîné pendant neuf ans au Stade Toulousain, lui demandera-t-il pour un dernier coup de collier, afin d'assurer la transition, comme Philippe Saint-André l'avait fait à sa prise de fonctions auprès de glorieux anciens de la finale de 2011 (Servat, Bonnaire, Nallet, Harinordoquy, Yachvili)?
Le désormais ancien sélectionneur l'avait ensuite regretté, indiquant avoir ainsi perdu un temps précieux.



Maestri futur capitaine?

Novès ne sera en tout cas pas confronté au même renouvellement générationnel et pourra piocher dans le groupe de retour en France dimanche.
"A part Morgan (Parra) et Fred (Michalak), il n'y avait pas un trois-quart qui avait fait une Coupe du monde. Je pense qu'il y a une bonne génération de joueurs qui commence à avoir de la bouteille et de l'expérience. Sur cette Coupe du monde, ils auront appris énormément", a ainsi estimé Saint-André
samedi soir, citant par exemple Yoann Maestri.

Son nom revient avec insistance quand il s'agit de désigner le futur capitaine du XV de France. Indiscutable, il a assurément à 27 ans de l'avenir en Bleu, comme avec lui en deuxième ligne Alexandre Flanquart (26 ans). Et au même poste, on ne devrait pas tarder à voir le jeune Clermontois Paul Jedrasiak (22 ans).
Devant eux, la première ligne titulaire formée d'Eddy Ben Arous (25 ans), Guilhem Guirado (29 ans) et Rabah Slimani (26 ans) paraît aussi installée pour un moment, et des jeunes prometteurs poussent (Tichit, Etrillard...).
Idem pour Bernard Le Roux (26 ans) et Louis Picamoles (29 ans) en troisième ligne, Gaël Fickou (21 ans) et Wesley Fofana (27 ans) au centre, Yoann Huget (28 ans) sur une aile et Brice Dulin (25 ans) à l'arrière.

L'éternelle question de la charnière

Existent néanmoins de nombreux points d'interrogation. Ils concernent ceux qui approchent de l'âge de la retraite et qui pourraient être laissés de côté par Novès, principalement au nom du renouvellement en vue de la Coupe du monde 2019 (Nyanga, Szarzewski, Tales, Debaty).
Ceux, un peu plus jeunes et qui, pour diverses raisons, n'entreront pas forcément dans les petits papiers du nouveau sélectionneur (Kayser, Ouedraogo, Chouly, Spedding, Tillous-Borde, Kockott).
Ceux, enfin, autour desquels plane des doutes sur leur capacité à exister au plus haut niveau, mais qui pourraient, vu leur âge et leur peu d'expérience, avoir de nouveau leur chance : Uini Atonio (25 ans), Noa Nakaitaci (25 ans), Alexandre Dumoulin (26 ans), Sofiane Guitoune (26 ans), Rémy Grosso (26 ans).

Restent des cas particuliers. Novès misera-t-il sur la puissance de Mathieu Bastareaud (27 ans) comme Saint-André? Continuera-t-il de faire confiance à Morgan Parra (27 ans) ou préférera-t-il installer dès le début de son mandat un demi de mêlée plus jeune, comme Sébastien Bézy (23 ans), qu'il a fait grandir à Toulouse ?

Demeure aussi l'éternelle question de l'ouvreur. Jules Plisson (24 ans), qui aurait sans doute été du voyage en Angleterre s'il n'avait pas été blessé au printemps, possède un bel avenir, mais quid de François Trinh-Duc (28 ans) ? Et, autre "banni" de la liste de Saint-André, de Maxime Mermoz (29 ans)
au centre ? Comme beaucoup d'autres, ils auront un premier élément de réponse début 2016.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : le trophée de la Coupe du monde de foot féminin

Les + Lus