BD : sélection estivale de 10 albums à découvrir pendant les vacances

Polar, western, science-fiction, jeunesse, documentaire... Vous cherchez des bulles pour passer l'été ? Voici une sélection de bandes dessinées connues, reconnues - ou un peu moins - pour passer les vacances ! Des pépites pour tous les âges, des albums BD à garder, à offrir ou à déguster allongé...
Le Spirou de Christian Durieux : Pacific Palace
Le Spirou de Christian Durieux : Pacific Palace © Durieux - Dupuis 2021

Le résumé de l'éditeurPacific Palace, un hôtel paisible au bord d'un lac qui l'est tout autant. Spirou regrette déjà d'y avoir fait engager à ses côtés Fantasio, viré comme un malpropre du Moustique. Car l'ex-journaliste reconverti en groom n'a vraiment pas la vocation et ne rate pas une occasion de fâcher M. Paul, leur supérieur hiérarchique.
Mais trop tard pour faire machine arrière : un véritable huis clos est décrété et l'hôtel se retrouve sans clientèle et avec un personnel réduit pour accueillir discrètement Iliex Korda, dictateur déchu du Karajan, petit pays des Balkans. Dans ses bagages, d'imposants gardes du corps mais aussi Elena, fille du "Grand Guide" au regard envoûtant, dont Spirou tombe instantanément amoureux. Alors que Fantasio s’amuse à provoquer l'entourage du tyran, Spirou essaie de comprendre l'étrange ballet politicien qui se joue presque sous ses yeux.

Notre avis : Notre coup de cœur pour le coup de foudre de Spirou au Pacific Palace, mais aussi pour le projet musical qui lui est associé. Le dessinateur Christian Durieux, aux commandes de cette aventure inédite du groom, a en effet choisi de collaborer avec son ami le musicien Mark Daumail, le fondateur du groupe Cocoon. Ce dernier a concocté une bande originale de l'album. Il s'est inspiré des pages aux teintes bleutées qui composent les pages centrales de l'album. "J'avais envie de faire une chanson en sourdine, une chanson qui sente la moquette, qui sente l'hôtel. J'adore les hôtels, il y a quelque chose de théâtral. Il y a ces pages centrales qui sont toutes bleues. Il y en a une dizaine comme ça et ce sont les plus belles du livre, je trouve. Christian est un grand coloriste. Et ça m'a inspiré Blue night, mon nouveau single, qui parle de cette nuit bleue dans la piscine", explique le musicien à France 3 Aquitaine. Le titre Blue Night est disponible sur toutes les plateformes musicales. Un second titre, intitulé Sweet Lena, est également disponible.

Pour en savoir plus : Pacific Palace - le Spirou de Christian Durieux - Dupuis

une planche extraite d'Un avion sans elle
une planche extraite d'Un avion sans elle © Fred Duval et Nicolaï Pinheiro - Glénat

Le résumé de l'éditeur : Le best-seller de Michel Bussi en bande dessinée. Crédule Grand-Duc veut mourir. L’enquête de sa vie a échoué. Depuis dix-huit ans, il cherche l’identité de Lylie, la miraculée du mont Terrible, une petite fille rescapée du crash du vol Istanbul-Paris survenu le 23 décembre 1980. Deux bébés étaient à bord. Un seul sera retrouvé en vie. Les Carville et les Vitral, deux familles que tout oppose, se disputent celle que la presse ne tarde pas à surnommer "Libellule". La justice finit par confier l’éducation de Lylie aux modestes Vitral. Engagé par les Carville, le détective s’est lancé dans un périple de dix-huit ans d’interrogations, d’hypothèses, de coups tordus et d’échecs. Et puis, alors qu’il est sur le point de presser la détente, Crédule observe une dernière fois la Une du journal de l’époque. Soudain, tout s’éclaire.

Notre avis : Il s'agit là une adaptation réussie et particulièrement soignée du roman de Michel Bussi. Nous avions adoré l’adaptation précédente, également menée par Fred Duval, du roman Nymphéas Noirs chez Dupuis en 2019, pour sa construction narrative complexe et le découpage des séquences au rythme soutenu. Le style graphique de Nicolaï Pinheiro, haut en couleurs, ajoute de l’énergie et une véritable dynamique au récit de cette nouvelle bd. Avec ses allers-retours entre Paris, le Jura et la côte dieppoise, les lieux jouent également un rôle capital dans cet album de haut vol et addictif.

Pour découvrir un extrait d' Un avion sans elle, Fred Duval et Nicolaï Pinheiro- Glénat

Un avion sans Elle
La couverture du roman graphique "Super sourde"
La couverture du roman graphique "Super sourde" © Cece Bell - Les arènes BD

Le résumé de l'éditeur : Entrer à l’école, c’est toujours un peu effrayant. Bien plus encore pour la petite Cece Bell qui porte un appareil auditif en bandoulière relié à un micro tenu par sa maîtresse. Un drôle de truc, très efficace pour écouter en classe, mais aussi pour faire fuir tout ami potentiel. C’est alors que Cece fait une découverte extraordinaire. Son appareil est si puissant qu’elle entend sa maîtresse dans toute l’école : en salle des professeurs, chez le directeur, dans le couloir - et même aux toilettes ! Cece comprend qu’elle a un pouvoir magique : la super-ouïe. Son appareil la transforme en super-héros : Super-Sourde, alias Celle-qui-entend-tout. Grâce à lui, elle part à la conquête de la chose la plus précieuse au monde : une véritable amie…

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Éditions les arènes (@les_arenes)

Notre avis : « Précipitez-vous sur cette BD ! C’est vraiment touchant et drôle » affirme Pénélope Bagieu sur la jaquette. Super Sourde est le premier roman graphique de Cece Bell, autrice et illustratrice pour la jeunesse américaine. Elle y fait le récit de son enfance, à partir du moment où elle perd l'audition à l'âge de quatre ans. Prix du meilleur livre jeunesse américain, un album drôle et lumineux pour porter un autre regard sur le handicap, notamment auditif. Egalement une première approche réussie du roman graphique pour les plus jeunes.

Pour en savoir plus : Super sourde, Cece Bell - Les arènes BD

La couverture de la BD "Autobiographie d'une Courgette" adaptée du best-seller de Gilles Paris
La couverture de la BD "Autobiographie d'une Courgette" adaptée du best-seller de Gilles Paris © Eric Guillaud - Le meilleur de la BD France 3

Le résumé de l'éditeur : Courgette vit seul avec sa mère alcoolique depuis le jour où son père est parti « faire le tour du monde avec une poule ». Un jour où sa mère s'en prend au ciel, il trouve un revolver et essaie de « tuer le ciel ». Sa mère tente de lui enlever l'arme, mais le coup part et la tue. Cet accident dramatique place Courgette aux Fontaines, un foyer pour enfants. Sa vie change radicalement, entre les « zéduc' » et les copains, mais surtout auprès de Raymond, le « gentil gendarme » et de Camille, son amoureuse.

Notre avis : Le roman de Gilles Paris a connu un succès international depuis sa publication. Traduit en 20 langues, il a aussi connu deux adaptations visuelles, l’une pour la télévision en 2007, l’autre pour le cinéma, avec un remarquable film en stop motion sorti sur les écrans en 2016.  Désormais, la plume d’Ingrid Chabbert et les pinceaux de Camille K nous offrent une très belle adaptation en BD, aussi forte en émotions que le chef d'oeuvre réalisé pour le cinéma. Un récit d'enfance à découvrir - ou redécouvrir - à tout âge.

Pour découvrir l'entretien avec les auteurs : Autobiographie d'une Courgette, Camille K. et Ingrid Chabbert - Philéas

Une planche de l'album "A l'année prochaine" (Tome 1)
Une planche de l'album "A l'année prochaine" (Tome 1) © Benoit Philippon et Nicolas Sauge - Auzou BD

Le résumé de l'éditeur : Comme tous les étés, Swann va passer les vacances dans un village du Tarn avec ses parents. Depuis toujours, il y retrouve sa bande d’amis, composée de vacanciers comme lui et de Léon, le seul qui habite là à l’année. L’arrivée de Léna, la nouvelle voisine, va bouleverser Swann. Cet été se révèlera bien différent de tous les autres.

Notre avis : Dès les premières planches, le ton est donné : le soleil inonde les cases et tout le monde « il est beau et gentil ». Pour autant, cet album n’est pas qu’une lecture de plage destinée à occuper le temps libre des enfants et pré-adolescents lorsqu’ils clament leur ennui. Au fil de l’intrigue différentes thématiques sont abordées telles que l’amitié, l’amour, l’écologie - et plus surprenant, la maltraitance, ce qui confère à l’album une densité inattendue et bienvenue. Au scénario, l'auteur de roman noir, Benoit Philippon, et co-réalisateur du film d'animation poétique et original Mune, le Gardien de la Lune. Cette première BD, chronique adolescente contemporaine, s'annonce comme une escapade à suivre chaque prochain été avec un nouvel album.

Pour en savoir plus : A l'année prochaine (Tome 1), Benoit Philippon et Nicolas Sauge - Auzou BD

Extrait d'uneplanche de la BD "La Tour"
Extrait d'uneplanche de la BD "La Tour" © Jan Kounen, Omar Ladgham et Mr Fab - Comix Buro

Le résumé de l'éditeur : Bruxelles, 2042. Trente ans plus tôt, le monde que nous connaissons a disparu. Une bactérie a décimé la quasi-intégralité de notre civilisation et la planète Terre ne compte dorénavant plus que 2746 habitants. Ceux-ci vivent à la verticale, entassés dans une immense Tour, séparés de la mort qui règne au-dehors par un simple double-vitrage, une Tour principalement gérée par une curieuse IA nommée Newton. Ensemble, ils forment la Fédération des États-Unis d’Europe qui, elle-même se divise en deux groupes distincts : les « Anciens », qui ont connu le monde d’avant, ont donc le souvenir d’un temps où l’air était respirable sans danger, et les « Intras », ceux qui sont nés dans la Tour et n'en sont jamais sortis. depuis peu, les "Intras" étouffent et la révolte gronde.

Notre avis : Conçu comme un rêve écologique, les deux auteurs Jan Kounen (Dobermann, Blueberry) et Omar Ladgham raconte que La Tour est "au départ, il y a 10 ans, un projet de série TV écrite par Jan Kounen et Omar Ladgham. Le dessinateur Mr Fab, emballé par l'histoire, a commencé à dessiner les personnages et les décors pour illustrer les premiers textes." Mais le projet de cette série de science-fiction dystopique semblait très coûteux. Et désireux d'une plus grande liberté, le cinéaste et le scénariste ont décidé d’en faire une bande dessinée chez Glénat. Au final, La Tour est une splendide plongée dans un monde en déliquescence, un récit de confinement face à un virus mortel (est-ce un hasard ?). Ce récit d’un groupe de survivants confinés dans un espace restreint évoque Snowpiercer, l'album de Rochette, Lob et Legrand. Ce premier tome se termine comme il se doit en suspens ; la suite est donc d'ores et déjà très attendue.

Pour découvrir un extrait de La Tour de Jan Kounen, Omar Ladgham et Mr Fab - Comix Buro

La Tour - Tome 01
La couverture de l'album "Fausses Pistes"
La couverture de l'album "Fausses Pistes" © Duhamel - Grand Angle

Le résumé de l'éditeur : Depuis 15 ans, Frank incarne tous les jours le célèbre Marshal Jack Johnson dans le spectacle de Woodstone. Il est obstiné, colérique, et totalement possédé par son personnage, véritable légende de l’Ouest. Un peu trop, de l’avis du psychiatre qui le reçoit, depuis que Frank a dégainé son colt sur un touriste. Officiellement jugé « trop vieux » pour le rôle, Frank se retrouve au chômage. Son seul horizon : un voyage organisé dans l’Ouest, offert par ses collègues. Pour tout bagage, sa prime de départ et un authentique colt simple action, modèle 1880. Et au fond de son âme, une légende à réécrire.

Notre avis : Attention, petit joyau d'humour et de réflexion sur les légendes et la réalité, les canulars et la vérité. Le tout avec des images grandioses des paysages traversés. Pour réussir à dessiner Fausses Pistes, Bruno Duhamel (Jamais, #NouveauContact) a eu besoin de passer son confinement à parcourir l'Arizona, l'Utah, le Nevada et la Californie à pied - sur Google Streetview. La difficulté pour ce pied tendre : donner à voir l'Ouest américain sans jamais avoir mis les pieds sur le sol des Etats-Unis. Avec cet album, Duhamel revisite volontairement le western. Son personnage principal, un authentique amoureux du Far West confronté à la crétinerie de touristes incultes, est tout de même atteint de folie douce. Sans trop dévoiler l'intrigue, la perte de son modèle masculin et de ses convictions lui permettront de se remettre en selle grâce à un modèle féminin - et mexicain de surcroit. A ne pas rater !

Pour découvrir un extrait de Fausses Pistes, Duhamel - Grand Angle

La couverture de la BD "Fake News"
La couverture de la BD "Fake News" © Doan Bui et Leslie Plée - Delcourt

Le résumé de l'éditeur : Les fake news mettent notre monde à l'envers. La journaliste Doan Bui et la dessinatrice Leslie Plée s'embarquent dans un tour du monde des infos truquées. Des climatosceptiques aux platistes, des usines à clics d'Europe de l'Est aux Illuminati, des algorithmes devenus fous à Donald Trump, les infox sont partout. Ludiques et pédagogiques, les autrices nous font passer dans l'envers de leurs fabrications et nous réapprennent à aiguiser notre esprit critique.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Delcourt Soleil BD (@delcourt_soleil_bd)

Notre avis : Actuellement, à Paris, Fake News est une exposition très perturbante à voir à la fondation EDF. Vous y apprendrez par exemple que la croyance dans le caractère plat de la planète Terre refait surface. Fake News c'est aussi le titre d'un nouvel album didactique, le deuxième du genre pour le duo Doan Bui et Leslie Plée, après C'est quoi un terroriste ? (Delcourt). Une plongée effrayante dans la fabrique des fausses nouvelles les plus incroyables qui circulent à travers le monde et une analyse aussi passionnante qu’inquiétante de leur expansion fulgurante. Un livre qui se veut un signal d’alerte salutaire. A mettre sans tarder entre toutes les mains, même celles qui se pensent le plus à l’abri de la désinformation qui met notre monde à l’envers. Pour ne pas oublier d’aiguiser sans retenue notre esprit critique. 

Pour découvrir un extrait de Fake News, Doan Bui et Leslie Plée - Delcourt

Fake news, l'info qui ne tourne pas rond
Publish at Calameo
Extrait d'une planche de la BD "Monaco : luxe, crime et corruption"
Extrait d'une planche de la BD "Monaco : luxe, crime et corruption" © Hélène Constanty et Thierry Chavant - Editions Soleil

Le résumé de l'éditeur : À travers les affaires Pastor et Rybolovlev,  le documentaire graphique Monaco : luxe, crime et corruption lève le voile sur l'envers du décor de la principauté monégasque. Hélène Constanty, journaliste d’investigation et Thierry Chavant, auteur de BD, proposent une enquête en immersion, digne d’un polar. Un récit qui révèle les fondements d’un paradis fiscal au cœur de l’Europe. Captivant.

Notre avis : "C'est un livre, certes, mais pas un roman ; c’est une histoire, mais pas totalement une fiction puisque les décors sont réels et les faits documentés ; une bande-dessinée comme une enquête. "Monaco - Luxe, crime et corruption" lève le voile sur l'envers du décor de la principauté", comme le résume le reportage de France 3 Provence Alpes Cote d'Azur.

Monaco - Luxe, crime et corruption est un « récit graphique » précise son auteure, Hélène Constanty. Thierry Chavant a su dessiner les contours et l'intimité d'un paradis doré, bétonné de richesses et noirci par les affaires. "Un choc visuel », s’exclame la journaliste lorsqu'elle découvre Monaco, une pointe de rocher caressé par la mer, dont les immeubles emprisonnent les moindres espaces et protègent les plus fortunés de ses résidents. Née à Marseille, Hélène Constanty, journaliste indépendante et spécialiste de l’investigation, écrit dans L’Express, Mediapart et réalise des documentaires pour la télévision (« Razzia sur la Corse », France 2, Envoyé Spécial). Elle connait donc bien son sujet ; et son travail sur le crime et la corruption est bien rendu par le dessin - une forme adéquate pour rendre accessible au plus grand nombre toutes les méandres des révélations de son enquête.

Pour découvrir un extrait de Monaco : luxe, crime et corruption, Hélène Constanty et Thierry Chavant - Soleil

Monaco
Publish at Calameo
Extrait d'une planche de "Pucelle (tome 2) : Confirmée"
Extrait d'une planche de "Pucelle (tome 2) : Confirmée" © Florence Dupré la Tour - Dargaud

Le résumé de l'éditeur : Dans ce deuxième volume de Pucelle, Florence quitte l'enfance pour l’adolescence. Avec sa patte tragi-comique, elle raconte les changements physiques et ses rapports ambivalents à sa sexualité naissante. À mesure que son corps change, son regard sur son éducation et sur son rapport aux autres évolue. Elle découvre aussi son attirance pour les hommes, ce qui la plonge dans une abîme d'angoisse. Que faire de toutes ces pulsions interdites ? A mesure que Florence grandit, ce sont les adultes autour d'elle qui semblent rapetisser.

Notre avis : Le premier tome de la bande dessinée Pucelle, qui a reçu le prix Les Inrockuptibles en 2020, nous a fait découvrir l’enfance de l’autrice dans une famille bourgeoise, catholique et expatriée. Florence Dupré la Tour signe avec le second tome, sous-titré Confirmée, une suite aussi drôle que tragique. Florence est désormais aux portes de l’âge ingrat. Son corps change et de nouvelles sensations font leur apparition. Conclusion du témoignage d’une jeune femme qui a dû construire seule son éducation sexuelle, ce récit autobiographique n’hésite pas à pointer les attitudes des personnes de son entourage qui ont pu la faire douter, culpabiliser ou même souffrir - comme le harcèlement de rue. Florence Dupré la Tour l'affirme : “Le dessin m’a permis de représenter mes monstres”. Avec ce second tome, toujours aussi juste et personnel, tout en bichromie rose et noir, elle nous offre une porte d'entrée dans "la psyché des filles qu’on n’a pas aidées à devenir des femmes… et qui se sont débrouillées comme elles ont pu." Une lecture tout autant indispensable pour les garçons.

Pour découvrir un extrait de Pucelle (tome 2) : Confirmée, Florence Dupré la Tour - Dargaud

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres