"Virage serré, quel coquin" : c'est quoi ces comptes qui parodient les passionnés de bus sur Instagram ?

Sur Instagram et TikTok, de mystérieux comptes tournent en dérision les passionnés de transports en commun. Ils pullulent depuis plusieurs semaines, jouant sur un ton humoristique qui ravit les internautes, au risque de déplaire aux principaux intéressés.

"Cette sensation quand tu ouvres les portes du tram...", "Le joli métro bleu repéré à Opéra sur la ligne 7", "Un croisement incroyable sur la ligne 10", ou encore : "Quand une bombe te dépasse par la gauche", à propos d'un bus circulant sur le plateau de Saclay, dans l'Essonne.

Si la couleur bleu ciel d'Île-de-France Mobilités suscite l'enthousiasme d'amateurs de bus en tous genres et de moult ferrovipathes – un passionné du monde ferroviaire, et surtout de Parigo, d'autres semblent prendre un malin plaisir à les tourner en ridicule.

durée de la vidéo : 00h01mn38s
Vous aussi vous les avez ? Sur Instagram, de mystérieux comptes tournent en dérision les passionnés de transports en commun. ©Kévin Belbéoc'h-Dumarcet / France 3

Le "bus spotting", littéralement le repérage des bus, est l'intérêt d'une personne à suivre et photographier un modèle d'autobus – souvent bien précis – durant leur service et leur carrière sur une ligne. Ils se décrivent comme étant des "bus spotters", autrement dit des dénicheurs de bus. Certains photographient, quand d'autres réalisent de réels montages vidéos de leur véhicule favori. 

Un "RATP lover" aux plus de 7 000 abonnés

Or, en quelques semaines, une nuée de comptes satiriques "@passion_bus_" suivi du nom de la ville, provoquent l'engouement par de courtes vidéos de moins d'une minute, rythmées par les sons en tendance sur la plateforme.

Paris, Saclay, Rambouillet, et même Annecy, Strasbourg, Nancy ou encore Toulouse, chaque métropole y a droit. "Départ d'un Iveco [un constructeur de bus, ndlr] sur la ligne 27 en direction de Saint-Lazare", titre l'une des vidéos.

Vingt secondes du passage d'un bus de la ligne 88 de la RATP sur le pont du Garigliano suffisent au compte Instagram "@passion_bus_paris" pour atteindre près de 2 millions de vues. 

Virages, croisements, ou simple passage, délivrent en moyenne plus de 50 000 vues à ces très courtes vidéos. Aujourd'hui, le compte "@passion_bus_paris", aussi nommé "RATP lover", séduit plus de 7 000 abonnés.

Vrais ou faux passionnés ?

La clé de leur succès, un ton décalé et humoristique, qui ne plaît pas forcément aux "réels" amateurs de bus. "Si ce sont des réels passionnés, cela apporte de la fraîcheur sur ce que l'on voyait déjà sur YouTube", avoue Hichem, du compte X @TerminatorIDFM. "Mais si c'est pour se moquer des vrais passionnés, je ne vois pas cela d'un très bon œil."

Si c'est pour se moquer des vrais passionnés, je ne vois pas cela d'un très bon œil

Hichem (@TerminatorIDFM)

à France 3 Paris Île-de-France

Pour Adnane, amateur de bus et trains aux plus de 3 000 abonnés, il estime que le but de ces comptes est "malheureusement" uniquement "de se moquer". "Ça donne une mauvaise image de la communauté. [...] Mais heureusement, la majorité des passionnés font du travail de qualité", ajoute-il.

Un millier de photos et vidéos de bus ou de trains franciliens ont été publiées sur le compte Instagram d'Adnane, allant du RER B aux autobus de Saint-Quentin-en-Yvelines, tout en passant par une poignée de TGV estampillés "Ouigo".

Ça donne une mauvaise image de la communauté

Adnane (@_abdoulwahab_)

à France 3 Paris Île-de-France

Le compte Instagram "@passion_bus_nancy" (11 700 abonnés) semble être à l'origine de cette tendance. Il est tenu par Enzo, un lycéen nancéen dont la passion paraît bien plus sérieuse contrairement à ce qui envahit le réseau social ces dernières semaines.

Lui, évoque un "coup de cœur" pour les bus à nos confères de Lorraine Actu en décembre dernier. Ses vidéos sont généralement sans fioritures ni phrases aguicheuses frôlant l'ironie, à la différence de celles de ces potentiels "faux passionnés", ou "trolls".

Quant au compte "@passion_bus_paris", cumulant plusieurs millions de vues sur ses vidéos postées depuis le mois de février, son détenteur assure être un "passionné de bus et de trains" depuis son plus jeune âge.

J'ai créé ce compte dans l'espoir de partager ma passion

Noam (@passion_bus_paris)

à France 3 Paris Île-de-France

Un faux passionné ? "Soit je ne réponds pas, soit je dis qu'il s'agit d'une passion peu commune mais qui existe", nous répond ce collégien qui se prénommerait Noam. "J'ai créé ce compte dans l'espoir de partager ma passion", répond-il. Il aurait justement trouvé l'inspiration grâce au compte Instagram "@passion_bus_nancy". 

Après les bus, un faux fanatisme des poteaux et des bancs

Une tendance qui est loin de s'être arrêtée aux bus, mais en a inspiré bien d'autres : "@mesmeilleursrondspoints" (12 000 abonnés) qui donne un "coup de projecteur" sur ses "meilleurs giratoires", "@passion_du_poteau31" qui déniche les plus beaux "potelets" de rue ou encore le petit dernier : "@passion_banc_poitiers" (12 000 abonnés) qui immortalise les bancs de sa ville, à la recherche de la perle rare.

D'abord les bus, ensuite les bancs, je n'en peux plus

Un utilisateur d'Instagram

en commentaire à une vidéo

Si pour certains en commentaires, il s'agit "de la meilleure trend de 2024", d'autres ne rechignent pas à exprimer une extrême lassitude face à ces vidéos. "D'abord les bus, ensuite les bancs, je n'en peux plus", souffle un utilisateur du réseau social en commentaire à l'une des vidéos. "Chacun ses passions...", se désepère l'un dans un autre commentaire. "Un mois que je tombe chaque jour sur ces vidéos de bus", rélève un autre.